Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

H2020

TraSaCu — Résultat en bref

Project ID: 645690
Financé au titre de: H2020-EU.1.3.3.
Pays: Autriche
Domaine: Société, Transports et Mobilité

S’orienter vers une meilleure culture de la sécurité au niveau du trafic routier

Une meilleure compréhension de la prise de risque et des perceptions associées peut aider à améliorer les mesures de sécurité routière en les adaptant à des groupes d’usagers ciblés. Une équipe de l’UE a fait progresser le concept de culture de la sécurité au niveau du trafic routier afin d’en faire une priorité pour les recherches européennes.
S’orienter vers une meilleure culture de la sécurité au niveau du trafic routier
Une forte culture de la sécurité peut rendre les mesures de sécurité routière plus efficaces et favoriser les attitudes et les comportements appropriés. Cela permet de réduire le nombre d’accidents de la route et d’atténuer leur gravité.

Financé dans le cadre du programme RISE (Research and Innovation Staff Exchange) de l’UE, le projet TraSaCu a ouvert la voie à une amélioration des résultats dans ce domaine et à la promotion d’une approche culturelle de la recherche en matière de sécurité routière. Plus spécifiquement, comme l’explique Susanne Kaiser, chef de projet adjointe, «l’objectif global de TraSaCu était d’appliquer le concept de culture de la sécurité à la recherche sur la sécurité routière en Europe et de le traduire sous forme recommandations concrètes pour les décideurs à différents niveaux».

Tirer profit des expertises

Des chercheurs détachés ont mené des entretiens avec des experts et organisé des ateliers avec les parties prenantes et les professionnels locaux. «Nous les avons non seulement consultés pour avoir leur point de vue, mais également pour les sensibiliser au concept de culture de la sécurité et pour que certains acceptent de jouer le rôle d’“ambassadeurs” en diffusant eux-mêmes les résultats de TraSaCu», explique Kaiser.

Tous les chercheurs détachés ont tenu un journal de recherche afin de faire le bilan de leurs expériences en ce qui concerne la culture de la sécurité routière à laquelle ils ont pris part. Ces informations ont été incorporées dans l’analyse qualitative de la culture locale de la sécurité, sous forme de rapports nationaux. «C’était tout aussi important», souligne Kaiser, «car cela visait à aider les chercheurs à saisir cette construction théorique complexe en en faisant l’expérience».

Le chemin menant de la théorie à la pratique

Traduire les résultats empiriques sous forme de conseils en matière de sécurité routière pour les décideurs constituait un objectif explicite du projet. «La pertinence de l’ensemble des réalisations du projet triennal aurait souffert si nous nous étions arrêtés au niveau de la collecte et de l’analyse des données», dit-elle.

L’équipe a identifié les facteurs clés qui jouent un rôle dans la modification de la culture de la sécurité des groupes sociaux, afin d’améliorer la sécurité routière. Ils ont également mis en évidence les facteurs réellement susceptibles d’être modifiés. Une partie de ce travail a servi de base à l’élaboration d’une stratégie de mise en œuvre. Il s’agit notamment de donner des conseils pratiques sur la manière de définir, mesurer, transformer et institutionnaliser la culture de la sécurité routière. Des conseils sur la façon de concevoir des interventions ciblées au cours de ce processus de changement sont également prodigués.

Les lignes directrices destinées aux parties prenantes donnent des exemples pour illustrer les avantages de la prise en compte des sous-cultures lors de la conception et de la mise en œuvre de mesures de sécurité routière. De plus, TraSaCu a réussi à initier des débats en Europe au sujet de la pertinence de la culture de la sécurité routière. Kaiser note que le consortium espère «que tôt ou tard, cela se reflétera également au niveau des programmes de recherche».

Attiser les débats

TraSaCu a conclu son travail avec un webinaire pour aider à traduire le travail empirique sous forme de conseils pratiques pour les parties prenantes et les professionnels. L’événement a abordé aussi bien les fondements de la culture de la sécurité routière que les implications pratiques pour l’analyse de la sécurité et la mise au point d’interventions ciblées.

Le webinaire a attiré des participants de 16 pays, parmi lesquels des chercheurs et des professionnels de la sécurité routière, des ingénieurs de la circulation, des psychologues de la circulation ainsi que des représentants des autorités publiques et des ONG impliquées dans la sécurité routière.

Les partenaires du projet ont activement diffusé leurs travaux et leurs résultats. Les canaux traditionnels de diffusion ont inclus des conférences, des bulletins d’information et le site web du projet. Les partenaires de TraSaCu ont également organisé des ateliers locaux avec les décideurs et les universitaires, ainsi que des présentations sur d’importants réseaux et forums consacrés à la sécurité routière, comme le Forum européen des instituts de recherche en sécurité routière, le Humanist Network et l’International Road Traffic and Accident Database de l’OCDE. Le projet était également représenté à la Journée portes ouvertes des institutions européennes et aux Researchers’ nights nationales et internationales.

Les lignes directrices destinées aux parties prenantes et le webinaire d’une heure seront bientôt disponibles sur le site web du projet.

Mots-clés

TraSaCu, culture de la sécurité, trafic, sécurité routière, circulation routière