Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

De nouvelles informations sur l’épigénome des tumeurs cérébrales

Le cancer cérébral constitue la forme de cancer la plus fréquente chez les enfants, et en raison du grand nombre de types différents de tumeurs cérébrales, les diagnostiquer correctement s’avère nécessaire pour un traitement efficace. Un projet soutenu par l’UE a fourni des outils pour améliorer le diagnostic et les prévisions des résultats pour les patients atteints de tumeurs cérébrales.
De nouvelles informations sur l’épigénome des tumeurs cérébrales
Les modifications épigénétiques sont observées aux premières étapes de néoplasie à l’intérieur des cellules souches. Fait important, les modifications sont réversibles et peuvent être potentiellement traitées. Chez les enfants, les tumeurs cérébrales sont la première cause de mortalité liée au cancer et de morbidité à long terme, mais il en existe de nombreux types et elles peuvent être difficiles à différencier à l’aide de méthodes standard. Cependant, un diagnostic précis est essentiel pour être en mesure de traiter chaque patient le plus efficacement possible.

L’objectif du projet EPIBRAIN, soutenu par l’UE, était d’étudier l’épigénome des tumeurs cérébrales, comme l’explique la Dre Helena Carén. «Nous voulions offrir des outils pour améliorer le diagnostic et les prévisions des résultats pour les patients atteints de tumeurs cérébrales et, en même temps, nous cherchions des façons d’améliorer le suivi des réponses des patients au traitement.»

En plus de ces objectifs, EPIBRAIN cherche à élucider le rôle des malformations épigénétiques des tumeurs et comment les cibler pour améliorer le taux de survie et la qualité de vie des patients.

À un niveau moléculaire, les tumeurs cérébrales diffèrent entre enfants et adultes. «Les systèmes modèles pour étudier les tumeurs cérébrales pédiatriques dans des conditions qui préservent les caractéristiques des cellules n’étaient pas disponibles. Nous avons donc optimisé les conditions de culture et mis en place des cultures in vitro pour ces patients. Aujourd’hui, ces cultures sont utilisées par d’autres études dans le but de trouver une façon de les cibler thérapeutiquement.»

Leur analyse a révélé quelques découvertes intéressantes. «Étant donné que nous ne pouvons pas toujours obtenir un diagnostic précis fondé sur l’évaluation histopathologique, nous avons utilisé des profils de méthylation de l’ADN provenant de tumeurs cérébrales pédiatriques. En accomplissant cela, nous avons pu élaborer, et publier, un système de classification diagnostique appelé MethPed.»

Actuellement, ce système se trouve en évaluation (avec un autre système publié postérieurement) dans une étude nationale. Les tumeurs des patients de cette étude sont incluses dans le système en vue d’améliorer les diagnostics actuels. Cette étude nationale se trouve en cours et sera complétée dans les deux prochaines années. L’équipe poursuit les expériences in vitro, visant à déterminer pourquoi et comment les cellules deviennent tumorales et de quelle façon elles peuvent être ciblées.

Mais il n’y a pas que la recherche elle-même qui est en train d’ouvrir de nouvelles voies. La coordination d’un groupe de chercheurs, et la collaboration en cours qu’elle a promue, se trouvent également au cœur du projet. «Je me suis consacrée à l’éducation et j’ai commencé et organisé un nouveau programme de doctorat en épigénétique du cancer afin de transmettre ces connaissances à d’autres chercheurs de l’Université de Göteborg», explique la Dre Carén. Elle ajoute qu’elle a également mis en place un groupe de recherche au Sahlgrenska Cancer Center, qui compte maintenant avec une équipe de 12 membres composée de doctorants, d’étudiants postdoctoraux, de techniciens et d’étudiants de master.

Comme le précise la Dre Carén, les éléments les plus difficiles peuvent aussi s’avérer les meilleurs aspects d’un défi. «J’ai trouvé que recruter et mettre en place l’équipe de recherche, en même temps que je menais la recherche expérimentale, a été à la fois l’aspect le plus exigeant et le plus gratifiant du projet.»

Thèmes

Life Sciences

Mots-clés

EPIBRAIN, épigénétique, tumeurs cérébrales, cancer, enfants, diagnostic, gènes, génétique, pédiatrie