Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

H2020

COLUMBUS — Résultat en bref

Project ID: 652690
Financé au titre de: H2020-EU.3.2.
Pays: Irlande
Domaine: Société, Changement climatique et Environnement

Le transfert de connaissances est générateur d’une croissance bleue durable

La recherche marine et maritime joue un rôle crucial dans notre compréhension des mers et est à la base de la technologie et des techniques de gestion nécessaires à l’utilisation durable des mers. Cependant, alors que les résultats clés de la recherche seraient d’une grande utilité pour les parties prenantes dans le domaine des sciences, de la politique, de l’industrie et de la société, ils ne sont pas systématiquement transférés à large échelle ni exploités pleinement.
Le transfert de connaissances est générateur d’une croissance bleue durable
Le projet COLUMBUS d’Horizon 2020 a relevé ce défi en développant le transfert de connaissances, afin de libérer le potentiel des littoraux et des mers d’Europe.

L’UE exige de meilleurs systèmes et méthodologies de collecte et de transfert des connaissances, ainsi que la mise en évidence de l’impact tangible du financement de la recherche. Après trois ans, COLUMBUS a démontré une croissance bleue mesurable et durable en permettant à la recherche existante d’avoir un impact, en favorisant le courtage des connaissances, et en transformant la façon dont les communautés marines et maritimes interagissent et collaborent dans leur intérêt mutuel.

Considérer les connaissances comme des unités

L’initiative a établi un partenariat transnational élargi qui représente tous les aspects de la chaîne de valeur de la recherche, dont les organismes de financement, les chercheurs, les experts en communication et les utilisateurs des connaissances. Les partenaires du projet ont élaboré une «méthodologie de transfert des connaissances COLUMBUS» graduelle qui repose sur l’identification et la collecte des produits de la connaissance.

«Les produits de la connaissance sont des unités de connaissances ou d’apprentissage générées par ou grâce à l’activité de recherche. Ils ne se limitent pas à des découvertes nouvelles ou révolutionnaires, mais peuvent aussi comprendre de nouveaux processus et méthodologies, des adaptations, des réflexions, de nouvelles applications d’un savoir-faire et de connaissances antérieurs», explique Cliona Ní Cheallacháin, gestionnaire du projet. «Appréhender la recherche en tant qu’unités de la connaissance, plutôt qu’un amas de découvertes regroupées dans un rapport, présente l’avantage de nous inciter à comprendre les caractéristiques uniques et les applications potentielles des produits de la connaissance. Cette approche nous permet de concevoir un plan de transfert plus ciblé, ce qui augmente les chances d’atteindre l’effet désiré.»

Libérer le potentiel de la recherche actuelle

Stratégique, coordonnée et efficace, cette activité a vu le jour en réponse au besoin croissant aux niveaux européen, national et régional de justifier les investissements importants consentis dans la recherche. «L’initiative s’est concentrée sur la création de valeur résultant de la recherche. Le projet entendait aller au-delà du simple objectif de rendre les connaissances accessibles. En effet, d’une part, il a mis l’accent sur l’exploration des projets financés, afin de rechercher des connaissances susceptibles de combler les lacunes en matière de connaissances et de surmonter les écueils. D’autre part, il visait à transférer directement ces connaissances aux utilisateurs cibles en vue d’appuyer la mise en œuvre de diverses stratégies et politiques pour le milieu marin», poursuit Mme Ní Cheallacháin.

Il s’agit notamment de la stratégie «croissance bleue», de la directive-cadre «stratégie pour le milieu marin» , de la directive sur la planification de l’espace maritime, de la politique commune de la pêche révisée, de la politique maritime intégrée, de la stratégie européenne pour l’Atlantique, de l’initiative «Connaissance du milieu marin 2020» et bien d’autres encore.

Mettre en place une cohorte de spécialistes en matière de transfert des connaissances

Le consortium, qui couvre tous les bassins maritimes régionaux en Europe, s’articule autour d’une équipe centrale de chercheurs en matière de transfert des connaissances à plein temps qui se concentrent chacun sur un secteur particulier (pêche, ressources biologiques de la mer, surveillance et observation). Ces chercheurs ont renforcé leurs compétences grâce à des formations internes et au partage d’expériences et de connaissances, illustrant ainsi la capacité d’adaptation et d’ajustement de la méthodologie.

Les efforts conjugués de l’équipe du projet ont permis l’examen de près de 1 000 projets, la collecte d’environ 1 800 produits de la connaissance et de 60 cas de transfert de connaissances réussis. «Le projet a donné lieu à de nombreuses activités fructueuses, démontrant par là le véritable mérite de la méthodologie de transfert des connaissances COLUMBUS ainsi que son impact quantifiable», explique Mme Ní Cheallacháin. «La méthodologie est disponible au public et peut être adoptée par quiconque le souhaite.»

Enseignements et impact plus larges

En outre, le projet COLUMBUS s’est intéressé à la faisabilité de la mise en œuvre des approches de transfert des connaissances dans les systèmes de financement européen et national. Ces efforts ont débouché sur une série de recommandations à l’intention des organismes de financement, qui ont été présentées à la Commission européenne et devraient être publiées dans les mois à venir. «Le projet a créé un nombre considérable de produits et a offert une tribune aux groupes de parties prenantes, afin qu’ils puissent examiner de concert les obstacles, les défis et les solutions en vue d’accroître le potentiel de l’impact de la recherche marine et maritime», conclut Mme Ní Cheallacháin.

Mots-clés

COLUMBUS, marin, maritime, transfert de connaissances, KT, croissance bleue, produits de la connaissance, communication, impact, création de valeur