Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Vers une meilleure transition des soins psychiatriques entre l’enfant et l’adulte

Pour les patients souffrant de troubles mentaux, la transition des services entre l’enfance et l’âge adulte n’est souvent pas aussi simple qu’elle le devrait. Le projet MILESTONE mène des études à l’échelle de l’UE pour identifier les problèmes existants et aider les cliniciens à les résoudre.
Vers une meilleure transition des soins psychiatriques entre l’enfant et l’adulte
La plupart des troubles mentaux apparaissent entre l’enfance et l’âge adulte. Il semble donc logique de renforcer les services psychiatriques pendant cette période de transition sensible. Mais la réalité s’avère très différente: Cette période est actuellement considérée comme le maillon faible du parcours de soins en raison de différents écueils. Nouveaux thérapeutes, nouveau service, déménagement, être considéré comme un adulte et non plus comme un enfant, avoir un partenaire ou devenir parent, autant de jalons formant des écueils que les jeunes patients peuvent éprouver.

Le projet MILESTONE (Managing the Link and Strengthening Transition from Child to Adult Mental Health Care) se concentre spécifiquement sur la discontinuité des soins lorsque l’adolescent atteint la «limite supérieure de service» des soins psychiatriques pour enfants et adolescents (CAMHS - soit Child and Adolescent Mental Health Service). Les patients en attente de services universels, spécialisés pour adultes ou personnalisés les reçoivent-ils? Est-il possible d’aider les cliniciens à surmonter les obstacles pour opérer une transition des services en douceur? Quels sont les problèmes éthiques soulevés par ces soins de transition? La transition est-elle incluse dans la formation des professionnels des soins psychiatriques en Europe? Voici certaines des questions auxquelles le projet cherchait des réponses.

«Les jeunes patients traités par spécialistes CAMHS peuvent ne pas atteindre le seuil requis pour bénéficier de services psychiatriques spécialisés destinés aux adultes et, par conséquent, tomber automatiquement dans un vide de service spécialisé, alors que d’autres refusent ces services pour diverses raisons. Une discontinuité dans les soins survient donc lorsque les jeunes patients en ont le plus besoin et elle touche un patient sur trois au Royaume-Uni», explique Swaran Singh, professeur de psychiatrie sociale et communautaire à la Warwick Medical School.

Le résultat sur les patients qui ne bénéficient pas de soins de transition est actuellement inconnu. Pour combler ce vide, l’équipe MILESTONE mène une étude de cohorte sur les données longitudinales (pendant 24 mois) de jeunes de huit pays européens ayant atteint la limite d’âge de leur CAMHS. Les résultats ne seront pas disponibles avant le printemps 2019, mais le projet a déjà relevé des informations importantes.

«Notre enquête cartographique à l’échelle de l’UE confirme que les lacunes des services psychiatriques en Europe sont principalement dues au manque de filières de soins adaptées aux jeunes et au manque de connexion entre les deux services. Dans la plupart des domaines, il n’y a ni initiatives conjointes ni activités communes entre ces services», note la Dre Helena Tuomainen, directrice de la recherche scientifique de MILESTONE.

L’enquête du projet met également en évidence des domaines de préoccupation liés au CAMHS dans toute l’UE: mauvaise planification des services, manque d’évaluations normalisées des résultats pour la prestation ou la performance de services, implication rare ou variable des utilisateurs de services ou de leurs familles ou rareté des CAMHS interdisciplinaires et des services psychiatriques pour adultes. Selon le professeur Singh, des politiques nationales plus claires sont nécessaires pour modeler les prestations et les structures des services. De même, des systèmes et des outils nationaux et normalisés concernant la collecte de données devraient être la mise au point pour évaluer correctement la prestation, l’adoption et l’efficacité des traitements.

Autre découverte importante, l’absence flagrante de planification de transition spécialisée dans la majorité des pays de l’UE, où seuls deux pays, le Danemark et le Royaume-Uni, ont mis en place des politiques ou des directives nationales ou régionales pour gérer la transition de chaque utilisateur du service. En outre, seuls trois pays réalisent une évaluation standardisée et systématique des besoins des jeunes patients approchant de la limite de transition.

L’équipe du projet a également élaboré un modèle de transition basé sur une évaluation opportune et standardisée des patients de CAMHS. Le modèle et son outil associé, le TRAM (pour Transition Readiness and Appropriateness Measure, soit mesure de préparation et d’appropriation de la transition), tiennent compte de tous les facteurs importants relatifs à la transition bien avant les limites de service, accordant aux cliniciens suffisamment de temps pour mettre en œuvre un plan de transition.

Une fois achevé, le projet MILESTONE fournira un compte rendu complet et nuancé de l’organisation, de la politique et de la pratique des soins pour les jeunes souffrants de troubles mentaux à la limite des soins CAMHS-AMHS dans toute l’UE et une analyse opportune de leurs résultats et expériences. Le professeur Singh espère que cela facilitera la progression du patient vers un rôle d’adulte significatif.

«En sensibilisant la communauté à l’importance de la transition, nous espérons que les résultats de MILESTONE encourageront les services en Europe à remettre en question leur structure et à identifier les faiblesses actuelles du parcours CAMHS-AMHS pour améliorer les résultats pour les jeunes patients et leurs familles, en adaptant les meilleures pratiques de prestation de services», conclut-il.

Informations connexes

Thèmes

Life Sciences

Mots-clés

MILESTONE, transition, soins psychiatriques, CAMHS, études, Europe