Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Les scanners EEG, TEP et RM joignent leurs forces pour améliorer le diagnostic de la schizophrénie

L’absence d’un outil d’imagerie capable de diagnostiquer avec précision la schizophrénie dès sa déclaration constitue certainement le défi le plus ancien dans l’histoire de la lutte contre cette maladie. Le projet TRIMAGE développe cet appareil depuis 2013. Il vise à créer une combinaison de modalités de neuroimagerie, de tomographie par émission de positrons (TEP), d’imagerie par résonance magnétique (IRM) et d’électroencéphalographie (EEG) dans un seul instrument pour améliorer le diagnostic et, en fin de compte, le traitement.
Les scanners EEG, TEP et RM joignent leurs forces pour améliorer le diagnostic de la schizophrénie
«Avant notre projet, la TEP, l’IRM et l’EEG étaient utilisées indépendamment pour étudier le résultat de la schizophrénie ou de la psychose, mais jamais ce trouble n’a été abordé en profondeur en employant ces trois techniques en même temps», explique Alberto Del Guerra, professeur de physique médicale à l’Université de Pise et coordinateur de TRIMAGE (A dedicated trimodality (PET/MR/EEG) imaging tool for schizophrenia).

Le professeur Del Guerra estime qu’une telle combinaison permettrait toutefois aux cliniciens d’analyser la réponse du système de neurotransmetteurs, de détecter la réponse hémodynamique qui accompagne l’activité neuronale et de mesurer les paramètres potentiels, le tout simultanément. «Les trois techniques d’imagerie traitent des réponses différentes du cerveau: une réponse rapide (du niveau de la milliseconde) de l’EEG, une moyenne (de quelques secondes à quelques minutes) de l’IRM et une lente (une dizaine de minutes) de la TEP. En combinant les trois techniques, nous pouvons obtenir des informations physiologiques et fonctionnelles anatomiquement et temporellement corrélées sur le cerveau, ce qui est idéal pour le diagnostic précoce de la schizophrénie», dit-il.

Un problème subsiste: cela nécessite un nouveau scanner spécialement conçu et construit pour étudier le cerveau. Et c’est là qu’intervient TRIMAGE: le dispositif associe un capuchon EEG compatible avec la résonance magnétique, un scanner IRM sans cryogène suffisamment grand pour balayer une tête humaine et un scanner TEP entièrement intégré avec une sensibilité deux fois supérieure à celle des systèmes TEP/IRM à la pointe de la technologie.

«Les avantages sont autant technologiques qu’économiques», explique le professeur Del Guerra. «Tout d’abord, l’absence d’azote et d’hélium liquides rend son installation et sa maintenance plus simples et moins coûteuses. Ensuite, la longueur axiale de l’aimant de résonance magnétique est plus courte, ce qui signifie que les épaules du patient restent en dehors de l’aimant et que les effets claustrophobes sont réduits. La résolution spatiale et la sensibilité plus élevées du scanner TEP permettent également une analyse quantitative bien meilleure, ce qui est absolument indispensable pour un diagnostic. Enfin, le scanner a été conçu pour être rentable, de sorte que même les petits services qui ne peuvent pas se permettre d’acheter un scanner TEP/IRM du corps entier peuvent envisager son acquisition.»

Le scanner TRIMAGE est actuellement dans la phase finale d’assemblage et de mise en service et sera installé à l’hôpital universitaire de Pise, en Italie. Ne disposant pas encore de certification CE, il sera utilisé conformément aux nouvelles directives européennes MEDDEV régissant la mise en œuvre des dispositifs médicaux. Des études pilotes de recherche clinique sont prévues et plusieurs clients potentiels sont déjà intéressés par l’utilisation du scanner sur des patients souffrant de troubles mentaux, ou suivis en neurologie, neuro-oncologie, angiologie de la tête et du cou et maladies neurodégénératives.

Le moment venu et la certification CE obtenue, TRIMAGE sera commercialisé par les PME partenaires ainsi que par les PME dérivées soutenues par les institutions de recherche impliquées dans le projet. Comme le souligne le professeur Del Guerra, «l’objectif consiste à mettre l’appareil sur le marché comme un scanner dédié au cerveau à un prix beaucoup plus bas que celui d’un scanner TEP/IRM du corps entier et présentant des performances supérieures pour l’imagerie du cerveau».

Thèmes

Life Sciences

Mots-clés

TRIMAGE, IRM, TEP, EEG, imagerie, scanner, schizophrénie, cerveau