Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

H2020

MS Fatigue_Therapy — Résultat en bref

Project ID: 709230
Financé au titre de: H2020-EU.1.3.2.
Pays: Allemagne
Domaine: Santé

L’hippothérapie contre la fatigue liée à la SP

Le projet MS Fatigue_Therapy de l’UE a commencé par utiliser de multiples méthodologies pour mesurer l’efficacité de l’hippothérapie dans le traitement de la fatigue liée à la sclérose en plaques (SP) et d’autres handicaps quotidiens chez des patients atteints de SP.
L’hippothérapie contre la fatigue liée à la SP
Avec plus de 2,3 millions de personnes diagnostiquées, la SP est la maladie invalidante la plus fréquente parmi les jeunes adultes du monde entier. Seulement en Allemagne, il existe plus de 120 000 cas avérés. De grands progrès ont étés accomplis dans le développement de traitements qui ralentissent l’évolution de la maladie. Toutefois, ses symptômes quotidiens ne sont pratiquement pas traités.

Amy Hubbard, neuroscientifique et patiente atteinte de SP

Au cours de l’été 2011, pendant qu’elle enseignait et étudiait la neurobiologie du langage et du mouvement à l’Université Carnegie Mellon, la Dre Amy Hubbard commença à éprouver vision double et cécité intermittente, se retrouva en fauteuil roulant et était souvent incapable de parler. Six mois plus tard, avec un diagnostic de SP, la Dre Hubbard a été obligée de retourner vivre à la ferme de ses parents, car même se déplacer lentement sur de courtes distances lui était devenu impossible sans aide.

Sept ans plus tard, financée par une bourse individuelle Marie Skłodowska-Curie dans le cadre du programme Horizon 2020, la Dre Hubbard est la chercheuse principale du projet MS Fatigue_Therapy, mené dans le laboratoire de la professeure Hedda Lausberg à l’Université allemande du sport à Cologne (DSHS). Ici, la Dre Hubbard étudie l’impact de l’équitation thérapeutique sur les symptômes quotidiens de la SP.

Tests pour connaître l’impact de l’hippothérapie

Avant d’inaugurer cet axe de recherche, la Dre Hubbard a fait l’expérience par elle-même des répercussions positives de l’équitation thérapeutique sur les symptômes invalidants quotidiens de la SP. Au Centre d’équitation thérapeutique Eos en Pennsylvanie, aux États-Unis, la Dre Hubbard a travaillé avec son cheval Tiny Mite, Debby Reifendifer, instructrice certifiée, et Debbie Smith, fondatrice d’Eos. En un peu plus d’un an de sessions hebdomadaires d’hippothérapie, la Dre Hubbard a constaté des améliorations significatives dans sa marche, son équilibre, son contrôle moteur, sa vision, sa cognition et sa fatigue.

En coopération avec le Gold-Kraemer-Stiftung Pferdesport und Reittherapie Zentrum et la Société allemande de la sclérose en plaques à Cologne, la Dre Hubbard, avec la professeure Lausberg et M. Christian Büning, collaborateurs de la DSHS, ont utilisé le test d’échelles et d’analyse du comportement du mouvement (BAST pour «movement behaviour analysis and scales test», créé par la professeure Lausberg) et des questionnaires normalisés pour mesurer les changements dans un groupe de 15 femmes atteintes de SP participant à des sessions d’hippothérapie, une des méthodologies de l’équitation thérapeutique. «Nous avons utilisé une approche fondée sur plusieurs méthodes intégrait des données robustes et quantitatives sur le comportement du mouvement, les scores des questionnaires normalisés et les réponses aux questions ouvertes posées avant et après les 16 sessions hebdomadaires d’hippothérapie, ainsi que quatre mois après la fin de celles-ci», souligne la Dre Hubbard.

Après chaque session de test du mouvement, les sujets devaient remplir une série de questionnaires, y compris des échelles de contrôle de la vessie et des intestins (BLCS et BWCS, respectivement), l’échelle d’intensité de la fatigue (FSS) et un questionnaire préparé par la Dre Hubbard dans lequel les sujets pouvaient décrire leur expérience avec l’hippothérapie.

Réponses aux effets de la pratique d’équitation pour soulager les symptômes de la SP

L’analyse des résultats des échelles BLCS, BWCS et FSS montre une tendance à l’amélioration — cependant, sans observer de différences significatives — entre l’état préhippothérapie et post-hippothérapie, ainsi qu’entre l’état avant l’hippothérapie et à long terme.

En revanche, l’observation constante de l’amélioration décrite par les réponses écrites des sujets aux questions ouvertes est frappante dans son ensemble. Une des réponses sur l’état post-hippothérapie remarquait: «plus aucun problème de vessie; disparition de la constipation chronique, plaisir à nouveau pendant les relations sexuelles, améliorations en matière d’équilibre». À la question sur ce qu’elles préféraient dans l’hippothérapie, une d’entre elles a répondu: «m’asseoir sur le cheval et constater les changements dans mon corps». Les données sur le mouvement des sujets montrent ces observations, constatant des changements dans des domaines comme l’équilibre sur la pointe des pieds.

Obstacles et suite après la ligne d’arrivée pour MS Fatigue_Therapy

La Dre Hubbard résume ainsi ses espoirs pour l’avenir: «Je suis tellement heureuse de pouvoir travailler à nouveau, malgré ma maladie», déclare-t-elle. «Pour le moment, la prochaine étape consiste à établir un test objectif sur la fatigue liée à la SP. Ceci est nécessaire pour montrer quelles thérapies peuvent améliorer la qualité de vie de la plupart des patients atteints de SP».

Mots-clés

MS Fatigue_Therapy, SP, hippothérapie, cheval, test, échelles et analyse du comportement du mouvement, contrôle de la vessie et des intestins, échelle d’intensité de la fatigue