Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

H2020

PIANO — Résultat en bref

Project ID: 642433
Financé au titre de: H2020-EU.3.5.4.
Pays: Autriche
Domaine: Changement climatique et Environnement

Partenariats de l’eau entre l’UE et la Chine

Les PME européennes ont beaucoup à offrir au florissant marché chinois de la technologie de l’eau, mais elles ont besoin d’un coup de main.
Partenariats de l’eau entre l’UE et la Chine
La Chine a toujours fait face à des défis en matière d’eau. Les inondations représentent un problème ancien, mais toujours d’actualité. Plus récemment, l’industrie chinoise a consommé tant d’eau que certaines régions connaissent aujourd’hui de graves pénuries. Les eaux usées traitées de manière inappropriée sont également très polluantes.

Depuis 2011, le gouvernement chinois s’est engagé à résoudre ces problèmes en recourant à un ensemble de politiques relatives à l’allocation, l’utilisation industrielle efficace et la qualité de l’eau. Le changement de politique nécessitera un investissement considérable pour améliorer les infrastructures et l’environnement (environ 500 milliards d’euros sur 10 ans). Le caractère non durable de nombreuses technologies actuelles engendre une demande de nouvelles alternatives intégrées, dont certaines peuvent être fournies par les PME européennes.

L’action de coordination et de soutien PIANO, financée par l’UE, a examiné les possibilités d’introduire des technologies de l’eau européennes et innovantes en Chine. Le projet a évalué et sélectionné les candidats les plus prometteurs.

Accès au marché

«Le problème pour nous», explique le Dr Markus Starkl, chef de projet, «est qu’il est toujours difficile pour les entreprises étrangères de pénétrer le marché chinois». Dans la plupart des cas, les opérateurs étrangers ne peuvent pas rivaliser directement face aux entreprises nationales. La situation de l’eau est particulièrement complexe.

Un marché chinois spécialisé existe pour la technologie qui génère de l’électricité en utilisant de l’eau, en particulier celle qui récupère la chaleur et l’énergie électrique. Les Chinois ont également besoin de systèmes de modélisation et d’aide à la décision; toutefois, les fonds destinés à les acheter sont limités. En outre, le risque de vol de propriété intellectuelle augmente la difficulté pour les organisations étrangères.

Malgré ces défis, les PME européennes restent engagées envers le marché chinois, même si elles sont conscientes qu’elles ne réussiront certainement pas seules. «C’est pourquoi», poursuit le Dr Starkl, «les entreprises européennes de technologie de l’eau doivent conclure des partenariats stratégiques avec les instituts chinois pour obtenir des résultats productifs. Mettre en place ces partenariats était l’un des principaux objectifs de PIANO».

Technologies sélectionnées

Pour commencer, l’équipe a rassemblé et évalué les technologies candidates d’Europe et de Chine. Les technologies représentent cinq secteurs: la gestion de l’eau agricole, municipale et industrielle, la gestion des bassins fluviaux et l’eau pour l’énergie.

Les chercheurs se sont intéressés à environ 100 innovations, dont 59 couvrant quatre secteurs que les entreprises de l’UE peuvent proposer à la Chine. L’évaluation a porté sur le dernier groupe pour une éventuelle application dans le pays. La sélection comprend des systèmes de suivi environnemental ainsi que des outils d’aide à la décision qui contribuent à modéliser et/ou à interpréter les données de suivi. Les outils de décision sont destinés à la conception et à l’exploitation des infrastructures et des équipements. D’autres technologies sélectionnées comprennent des outils d’automatisation et de communication qui traitent les données depuis les applications de suivi et d’aide à la décision.

Étant donné que les listes ont été compilées par le biais de réseaux universitaires, les technologies candidates reflètent les produits développés durant la recherche plutôt que ceux générés par les PME. «Néanmoins, l’analyse a comparé avec succès les performances en matière d’innovation de l’eau, compte tenu d’un manque d’informations sur la manière dont les produits sont utilisés ou en cours de développement en Chine», ajoute le Dr Starkl.

La sélection de technologies adaptées au marché chinois spécialisé réalisée par PIANO indiquent de potentiels domaines de recherche et de développement conjoints entre l’UE et la Chine. L’équipe a proposé un agenda stratégique de recherche et d’innovation à cet effet. Les conclusions du projet ont été présentées à la plateforme Chine-Europe sur l’eau et serviront aux futures actions de l’organisme.

Les chercheurs ont également compilé une liste de recommandations relatives au marché chinois pour les entreprises européennes.

L’équipe a conclu que le marché chinois de la technologie de l’eau est accessible pour les entreprises européennes. Avec environ 60 technologies innovantes à offrir à l’un des plus grands marchés du monde, les PME européennes devraient bénéficier des partenariats chinois mis en place par PIANO.

Mots-clés

PIANO, eau, Chine, PME, collaboration, technologie de l’eau, innovation, énergie