Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

H2020

I4F — Résultat en bref

Project ID: 711160
Pays: Hongrie
Domaine: Sécurité

Une solution instantanée pour lutter contre les feux de forêt

Des chercheurs financés par l’UE ont élaboré une nouvelle approche pour lutter contre les feux de forêt à partir d’une nouvelle technologie de mousse instantanée.
Une solution instantanée pour lutter contre les feux de forêt
L’eau est le moyen le plus couramment utilisé pour éteindre les feux de forêt, malgré une capacité de refroidissement limitée, une répartition inégale et la difficulté pour les pilotes d’en diriger le largage. Les turbulences extrêmes générées par le feu présentent également des risques pour l’avion et son équipage.

Des retardateurs à court et à long terme sont également utilisés pour lutter contre les feux de forêt, mais ceux à long terme sont extrêmement coûteux, même si leur efficacité n’est pas à démontrer. Utilisée dans les retardateurs à court terme et beaucoup moins onéreuse, la mousse augmente l’efficacité de l’eau pour éteindre les flammes, mais son efficacité et sa durée sont inférieures à celles des retardateurs à long terme.

Le projet Horizon 2020 I4F (Instant foam for fighting forest fire), financé par l’UE, a mis au point une technologie permettant de créer une mousse homogène à longue durée et plus efficace que les méthodes existantes pour éteindre les incendies. Le Dr Istvan Szocs, coordinateur du projet et directeur général de SME TFEX Engineering, déclare: «Notre système I4F est plus efficace que les méthodes traditionnelles à base d’eau ou de mousse tout en étant beaucoup moins onéreux que les solutions de pointe, comme les retardateurs.»

Faire plus avec moins

Actuellement, le matériau utilisé pour lutter contre les feux de forêt est produit en larguant la substance d’extinction, qui se transforme instantanément au frottement avec l’air, depuis un avion. La technologie I4F, elle, projette une mousse homogène depuis une buse.

L’utilisation de matériaux composites légers pour la fabrication des conteneurs de cette mousse constitue une autre innovation qui permet un transport et une dispersion depuis différents types d’aéronefs. Nécessitant une quantité moins importante d’agent moussant pour un résultat plus important, la mousse I4F est davantage respectueuse de l’environnement que les retardateurs à long terme existants et mélangés à de l’eau», déclare le Dr Szocs.

Actuellement, les technologies les plus efficaces de lutte contre les feux de forêt utilisent des retardateurs dans une proportion de 20 à 25 % d’eau. Or, avec la technologie I4F, cette proportion passe à 3 %. En outre, la mousse dure plus longtemps: «La durée structurale maximale des mousses existantes est de 25 minutes, mais nos tests ont démontré qu’avec la technologie I4F, l’agent ignifuge peut durer plus de 45 minutes», explique le Dr Szocs.

La quantité maximale d’eau applicable par mètre carré de surface est de 5 kg, mais la technologie de mousse I4F permet d’en appliquer 15 kg, soit trois fois plus que la quantité d’eau pure. Selon le Dr Szocs: «La technologie I4F fournit également une structure de mousse homogène dont l’effet de refroidissement est de 1,7 à 2,3 fois supérieur à celui de l’eau».

L’environnement et les personnes mieux protégés

Utiliser moins de mousse pour éteindre un feu permet aux avions extincteurs de transporter de plus grands volumes de retardateur. Autre avantage, l’agent ignifuge reste sur les arbres et les branches et empêche ainsi le feu de se propager. En conséquence, l’utilisation d’I4F permettra aux pompiers et pilotes d’éviter les confrontations directes avec les feux de forêt.

L’initiative protège également l’environnement en préservant la flore et la faune et en réduisant les émissions polluantes. «On estime actuellement que les émissions provenant des feux de forêt sont responsables de 20 % des émissions mondiales de CO2 imputables aux activités humaines. I4F contribuera donc à limiter les niveaux de CO2 et à protéger la vie et les moyens de subsistance des personnes vivant dans et autour des forêts, ainsi que les infrastructures», souligne le Dr Szocs.

Mots-clés

I4F, feu, mousse, forêt, retardateur, eau, émissions de CO2