Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

PREMIA — Résultat en bref

Project ID: 503081
Financé au titre de: FP6-SUSTDEV
Pays: Belgique

Sempiternelles questions sur le pétrole, et quelques nouvelles réponses sur les biocarburants

L'analyse de l'efficacité des mesures prises pour soutenir l'introduction des biocarburants dans certains pays européens pourrait fournir d'importantes informations sur la façon d'accélérer leur adoption à plus grande échelle. C'est ce sur quoi s'est penché le projet Premia financé au titre du sixième programme-cadre (6e PC) de l'UE.
Sempiternelles questions sur le pétrole, et quelques nouvelles réponses sur les biocarburants
L'hydrogène et les biocarburants représentent une option pratique bien que problématique pour répondre aux besoins croissants en carburants pour les transports. Et cela se reflète énormément en Europe, où leur taux d'adoption varie énormément. Par exemple, l'huile végétale pure (HVP) est plus ou moins interdite en France et en Italie. En Allemagne et en Autriche, en revanche, il s'agit du carburant préféré pour une flotte de plus de 10\;000 véhicules.

En outre, étant donné l'importance des biocarburants, on a beaucoup débattu de la compatibilité entre émissions et moteurs. Sous certaines conditions, les huiles végétales génèrent des taux inacceptables de polluants dangereux. Cependant, les émissions des moteurs diesel utilisant du diesel traditionnel sont probablement plus toxiques. De telles controverses doivent être débattues pour toute la gamme de carburants alternatifs pour véhicules.

Le projet Premia financé par l'UE a tenté d'illustrer les divers aspects des biocarburants à analyser et à comparer, pas seulement par rapport aux carburants traditionnels pour les transports, mais également entre chaque type de biocarburant. Le point de départ était une évaluation des expériences passées avec les politiques relatives aux biocarburants et autres sources d'énergie renouvelables dans la chaîne des carburants.

Ont également été évoqués les problèmes pouvant résulter de l'adoption à grande échelle des biocarburants sans mesures de protection. Atteindre les objectifs ambitieux en terme de biocarburants d'ici 2020 pourrait faire considérablement augmenter les prix des cultures vivrières. En outre, la conversion des terres pour produire des biocarburants, et le déplacement des activités agricoles pourraient permettre de réduire et même transformer les réductions d'émissions de gaz à effet de serre en une augmentation nette.

Mais des mesures visant à réduire ces risques et les impacts négatifs sont en phase d'être adoptées. Des mesures politiques stimulant une plus grande productivité agricole peuvent entraîner une augmentation des cultures et une réduction des besoins futurs en termes de terres agricoles pour la production de cultures destinées à l'alimentation humaine et animale et de carburants. Les biocarburants de deuxième génération produits à partir de résidus et de cultures sur des terres marginales ne pourront plus concurrencer les cultures destinées à l'alimentation.

L'étape suivante consistait à évaluer l'efficacité des mesures soutenant l'adoption de carburants alternatifs pour les voitures dans les pays européens novateurs. Les partenaires de Premia ont analysé les forces et faiblesses des politiques de soutien aux biocarburants et ont exploré les scénarios possibles pour un impact potentiel au long terme. Ils en ont conclu que des conditions préalables importantes telles que les normes et la compatibilité des carburants avec les moteurs existaient déjà ou sont en cours de développement partout en Europe.

L'étude Premia rapproche l'Europe de ses objectifs visant à remplacer les carburants fossiles avec des alternatives durables. Des données approfondies ont fourni une image complète de l'option disponible sur les biocarburants.

Informations connexes