Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

Top Story

Financé au titre de: FP6-SUSTDEV

Success stories de projets - En route pour une conduite plus sûre

Imaginez une route qui vous guide quand vous conduisez et vous indique la meilleure inclinaison pour prendre un virage ou encore à quel moment ralentir. Ne serait-il pas extraordinaire que des «routes explicatives» permettent aux conducteurs de rester vigilants et concentrés, en leur garantissant d'atteindre leur destination sains et saufs?
Success stories de projets - En route pour une conduite plus sûre
On a constaté que de nombreux types d'accidents se produisaient dans des zones spécifiques, notamment au niveau de ces «points noirs» où l'on rencontre des problèmes d'infrastructure routière. Sur certaines portions de route, les conducteurs ont tendance à s'assoupir ou à commettre des erreurs. Ce que l'on ignore, cependant, c'est que les propriétés physiques d'une route peuvent permettre de développer et d'améliorer les caractéristiques de sécurité à bord, telles que les systèmes ABS (systèmes antiblocage des roues) et le contrôle dynamique de la stabilité.

Une initiative européenne sur l'ingénierie de la sécurité routière a décidé de réduire le nombre d'accidents sur les routes européennes en identifiant les portions de route dangereuses et en préconisant des mesures correctives. Le projet Rankers («Ranking for European road safety») visait à réduire l'écart entre la prise de décision européenne et les besoins opérationnels des ingénieurs routiers, des opérateurs de réseau et des administrations routières.

Le consortium était coordonné par la CIDAUT (la fondation pour la recherche et le développement dans les domaines des transports et de l'énergie) basée en Espagne. Il comprenait 17 organismes de 9 États membres qui reflétaient les différents domaines de connaissances et d'expertise nécessaires pour la réalisation des objectifs ambitieux du projet.

La prévention avant tout

Des mesures de prévention, classées en fonction de leur rentabilité, ont été identifiées par des chercheurs. Les résultats ont permis de mettre au point une série de recommandations visant à éviter une concentration des accidents en des points précis. Un indice de sécurité routière a été mis au point pour la surveillance et l'évaluation de la sécurité sur les routes, de même qu'une liste de mesures correctives classées en fonction de leur efficacité. Ces mesures comprenaient un ensemble de pratiques pouvant mener au développement d'une culture européenne pour des routes plus sûres.

Le projet Rankers a mis au point un outil interactif sur internet baptisé «Rankers e-book», capable de rechercher différentes contre-mesures à l'aide de mots-clés. Il est destiné aux autorités routières et autres utilisateurs, et permet de résoudre un problème spécifique (par exemple les motos traversant à leur gré les ronds-points) en fournissant des contre-mesures appropriées.

L'indice développé dans le cadre de ce projet consiste en une technique qui évalue la sécurité d'une portion spécifique de la route et est divisée en six thèmes différents. D'après Guillermo Ramos, le coordinateur scientifique du projet, ces thèmes comprennent le tracé de la route, les intersections et les carrefours, ainsi que les différents aspects servant de signaux aux conducteurs qui doublent une voiture sur une route à chaussée unique. D'autres thèmes, dit-il, comprennent un indice déterminant la probabilité d'un accident en fonction de la distance séparant l'élément de risque de la route, tel qu'un arbre ou quelconque autre danger.

«L'état de la route et le facteur humain, par exemple la façon dont les conducteurs modifient leur comportement selon la configuration de la route, ont également été pris en compte,» ajoute-t-il.

Un tiers des accidents de la route serait à imputer à l'infrastructure routière, aussi une ingénierie de la route plus sûre et soutenue par une recherche compétente permettrait-elle d'assurer des niveaux de sécurité élevés sur toutes les routes d'Europe.

Grâce à des directives scientifiques élaborées par Rankers, les autorités routières pourront prendre des décisions plus éclairées. Cela permettra aux autorités de donner la priorité à l'infrastructure routière, conduisant ainsi à l'éradication des portions les plus dangereuses de manière à offrir un réseau routier plus sûr. Les informations existantes ont permis de trouver des indicateurs des problèmes de sécurité pour l'indice de la sécurité routière. Celles-ci comprennent des données sur les niveaux de la circulation, les accidents et l'entretien des routes. D'autres informations portaient sur la qualité et la géométrie de la surface de la route et l'agencement des bordures de route.

Le consortium a également identifié des indicateurs importants pour l'étude des tendances en matière de sécurité routière, tels que la nécessité de mettre un frein au développement des points noirs. Jusqu'à présent, les pratiques habituelles consistaient à identifier les portions de route dangereuses en fonction du nombre d'accidents mortels. Le projet Rankers a permis aux autorités de prendre davantage d'initiatives et de déterminer les portions les plus dangereuses du réseau routier sans attendre que des vies soient perdues.

Touche personnelle

Les trois facteurs les plus importants influençant la sécurité routière sont la personne conduisant le véhicule, le véhicule en lui-même et l'infrastructure routière sur laquelle ce dernier circule. Ensemble, ils forment les «trois piliers de la sécurité», qui révèlent à quel point les caractéristiques de la route ont un impact sur le risque d'accident. Aussi la relation entre ces trois facteurs a-t-elle été soigneusement prise en compte.

Les chercheurs ont analysé à l'aide d'une technologie de pointe tous les types de routes, des autoroutes aux routes départementales, afin de mieux comprendre la façon dont les routes interagissent avec les conducteurs et leurs véhicules. Un équipement d'enregistrement vidéo a été placé à l'intérieur et à l'extérieur d'un véhicule expérimental pour enregistrer l'influence de la géométrie de la route sur la façon de penser et d'agir du conducteur. Des chercheurs ont surveillé la performance des conducteurs, de même que la position et la vitesse du véhicule.

Selon l'ingénieur José Miguel Perandones, on peut mesurer le niveau de concentration d'un conducteur en fonction du temps nécessaire pour effectuer une action, par exemple pour freiner, prendre un virage ou l'accélérer. «La position de la voiture sur la voie de circulation est également importante», affirme-t-il, «car lorsqu'il est perturbé, un conducteur ne parvient pas à maintenir sa position sur la voie.»

Des expériences ont été effectuées dans des conditions réelles de conduite afin de déterminer l'impact de l'infrastructure routière sur le comportement du conducteur. Le projet a défini et mis au point deux types d'expériences et a mené deux essais différents sur le terrain. L'un des essais a permis d'analyser l'infrastructure routière et son interaction avec le conducteur, notamment l'influence du rayon de courbure; l'autre a étudié la façon dont la signalisation affectait les conducteurs, ce que l'on appelle le facteur humain.

On pensait qu'une route sinueuse et accidentée pouvait influencer le comportement d'un conducteur d'une manière différente qu'une ligne droite à double sens. Prenons comme exemple la façon dont la courbure de la route affecte la vitesse à laquelle on conduit. Parallèlement, les chercheurs ont constaté que la reconnaissance des panneaux de signalisation dépendait de leur forme et de l'endroit où ils étaient placés, et également que d'autres caractéristiques des bordures de route influencent la prise de conscience de l'environnement par le conducteur.

«Les panneaux de signalisation peuvent avoir un impact sur les attentes d'un conducteur», explique M. Perandones. «S'il y a trop de panneaux, trop de couleurs différentes, le chauffeur ne pourra pas comprendre et sera déconcentré. On ne peut pas traiter plusieurs informations en même temps.»

Des routes explicatives?

Le facteur humain étant largement impliqué dans la majorité des accidents de la route, il est très important que les conducteurs bénéficient de toute l'aide nécessaire pour atteindre leur destination sains et saufs. Depuis les années 1980, les chercheurs se sont penchés sur la façon dont une route peut fournir aux conducteurs des informations importantes, en influençant leur façon de conduire ainsi que leurs interactions avec d'autres usagers de la route. Ils ont ainsi abouti au développement de «routes explicatives», qui aident le conducteur en lui indiquant l'endroit où le véhicule devrait être placé; elles sont faciles à utiliser et à lire.

Cette approche implique que l'environnement routier peut fournir des informations importantes permettant de guider les conducteurs et leurs interactions avec les autres usagers de la route. C'est en adoptant les mêmes principes de conception pour toutes les routes et en prenant en compte les besoins des différents usagers que l'on y parviendra.

Le projet Rankers a été cofinancé par l'initiative «Transports de surface durables» du sixième programme-cadre (6e PC) de la Commission européenne. Il souhaitait créer des routes plus sûres non seulement en réduisant l'impact d'un accident, mais également en évitant cet accident, ce qui a permis d'améliorer considérablement la qualité de vie des citoyens européens.

La campagne pour des routes plus sûres en Europe ne s'arrête pas à la réussite du projet Rankers. «Des organismes très intéressés par notre travail basés aux États-Unis et dans d'autres régions du monde nous ont contacté,» conclut M. Ramos.

Informations connexes

Thèmes

Safety - Transport