Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Des satellites surveillent la qualité des eaux côtières

Les eaux adjacentes très productives d'Europe sont menacées, mais l'aide ne saurait tarder grâce à une initiative européenne ayant recours à une technologie satellite pour protéger cet environnement vulnérable.
Des satellites surveillent la qualité des eaux côtières
Les eaux côtières représentent des environnements extrêmement dynamiques influencés par les courants océaniques et l'entrée d'eau douce, qui apporte des nutriments des terres. Des taux élevés de nutriments peuvent provoquer l'eutrophisation, ce qui résulte en une croissance algale excessive, plus connue sous l'appellation de prolifération d'algues et une baisse des taux d'oxygène. L'eutrophisation et ses effets sur la qualité des eaux de mer représentent un souci croissant pour les organisations environnementales, les autorités locales et les habitants d'Europe.

Le projet INSEA a mis au point des techniques pour la création de modèles écologiques fiables qui décrivent le cycle biogéochimique du carbone et de nutriments dans les écosystèmes côtiers. La méthodologie utilisée combine les données satellites de détection à distance et les mesures in situ. En raison de la nature très changeante des eaux côtières à travers l'espace et le temps, leur surveillance précise s'avère difficile. Toutefois, l'utilisation de satellites pour la détection à distance s'est révélée précieuse pour la surveillance de ces domaines, notamment dans des situations où les données locales manquent.

Les activités de détection à distance menées par l'INSEA impliquaient l'amélioration de la qualité des données de l'altimètre, utilisé pour mesurer l'altitude du satellite. Les observations de la couleur de la mer ont permis de déterminer les taux de chlorophylle a, un pigment photosynthétique que l'on trouve dans les algues. Le logiciel X-track, un simple programme de suivi, a été amélioré à l'aide de nouveaux algorithmes et de termes de correction géographiques, comme pour les mouvements des courants de marée. Par ailleurs, des modèles régionaux plus précis ont été créés afin de remplacer les modèles mondiaux. Les données de X-track ont été utilisées pour valider les modèles ou sont intégrées aux modèles.

La puissance informatique renforcée et les compétences informatiques ont fait que désormais les nouvelles informations précieuses sont disponibles aux preneurs de décision clé et autres utilisateurs de données. Les modèles mis au point par le consortium INSEA peuvent être utilisés afin de soutenir les initiatives de gestion des zones côtières et d'aider à préserver ces précieux écosystèmes.

Informations connexes