Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Apporter plus d'eau à l'exploitation minière

Un équilibre difficile est à trouver entre l'exploitation minière du phosphate et les ressources en eau, particulièrement au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. De nouvelles recommandations pourraient arranger la situation.
Apporter plus d'eau à l'exploitation minière
L'exploitation minière des phosphates est importante pour l'économie de nombreux pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient, mais elle exige beaucoup d'eau, une denrée rare dans ces régions. L'exploitation du phosphate peut aussi dégrader la qualité de l'eau et aggraver le problème de pénurie.

Pour répondre à ce défi, le projet Elmaa («Integrated water management of Mediterranean phosphate mining and local agricultural systems»), financé par l'UE, a cherché à réduire les contraintes sur les ressources hydriques et à encourager une exploitation minière plus durable du phosphate.

Le projet Elmaa (qui signifie eau en Arabe) a apporté au secteur et aux gestionnaires des ressources hydriques de nouvelles méthodes pour gérer l'eau à proximité des mines. Il a encouragé l'utilisation des eaux usées urbaines pour l'exploitation minière et l'agriculture.

Pour gérer les ressources hydriques dans ce contexte, le projet a recommandé l'utilisation de systèmes d'aide à la décision, basés sur les connaissances acquises dans le cadre de précédents projets européens. Cette démarche a impliqué des éléments d'ingénierie des procédés, d'agronomie, de socio-économie, d'hydrogéologie, de modélisation et de technologies de l'information, ainsi que des recommandations de la directive-cadre européenne dans le domaine de l'eau.

Le projet a également formulé des recommandations pour la réutilisation de l'eau et le contrôle des pertes, rapprochant souvent dans un même cadre des parties en conflit (issues par exemple de l'exploitation minière et de l'agriculture). Il a également permis au secteur du phosphate des pays concernés (la Jordanie, le Maroc et la Tunisie) de se conformer à des normes nationales et internationales strictes en manière de protection de l'environnement.

En soutenant ainsi le secteur du phosphate, les résultats du projet ont le potentiel d'encourager les échanges commerciaux avec l'Europe et de forger des partenariats plus solides. Ces résultats ont été communiqués par le biais d'articles, de conférences et de séminaires, en particulier l'atelier international dédié à la gestion de l'eau dans l'exploitation minière du phosphate, organisé au Maroc dans le cadre du projet. Les économies de l'Europe et des pays arabes concernés bénéficieront de cette entreprise.

Informations connexes