Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Des lasers pour entretenir et restaurer le patrimoine culturel

La préservation du patrimoine culturel est une question essentielle pour les nations européennes. En conséquence, il existe un fort besoin de développer des technologies innovantes qui répondent aux besoins en entretien et en restauration.
Des lasers pour entretenir et restaurer le patrimoine culturel
La dégradation des peintures présentes dans les monuments et les églises est principalement due à des conditions microclimatiques non maîtrisées. Ces dernières peuvent affecter à la fois les matériaux d'origine et ceux qui ont été appliqués au cours du temps lors des travaux de restauration. La dégradation des matériaux appliqués peut à son tour entraîner la dégradation des matériaux d'origine.

Étant donné la nature délicate des œuvres d'art et les mauvaises conditions de conservation souvent observées, de nouvelles méthodes de nettoyage sont nécessaires, avec des caractéristiques sélectives et contrôlables. Les méthodes de nettoyage traditionnelles, les méthodes ou les outils de nettoyage mécaniques et l'utilisation de solvants liquides ne permettent pas de nettoyer les œuvres d'art de manière efficace et sure dans de nombreux cas. Ces méthodes peuvent également présenter des risques pour les restaurateurs eux-mêmes.

Le projet INART («Innovative laser based system and technologies for in-situ cleaning of painting artworks») visait à développer des technologies particulières pour la suppression contrôlée des matériaux en surface des tableaux. Le développement et l'utilisation de nouvelles technologies de restauration basées sur un système à laser mobile et flexible cherchait à permettre un nettoyage de qualité de tableaux et de peintures murales. Le projet financé par l'UE a adopté une approche sur mesure de la préservation du patrimoine historique en utilisant les avancées technologiques et scientifiques dans plusieurs domaines.

Les partenaires du projet ont développé un prototype qui intègre une source laser qui émet des rayonnements sur la surface de l'œuvre grâce à un dispositif mécanique contrôlé par son utilisateur. Cela a permis de supprimer des surcouches ou des incrustations non souhaitées sans affecter les couches essentielles de peinture. Le prototype incluait également des outils de diagnostic et de surveillance pour contrôler l'ensemble de l'opération de nettoyage. Ces questions doivent être prises en considération étant donnée la nature sensible des pigments, des liants et des vernis.

Le système robotique est le composant le plus grand à l'intérieur de la cellule de nettoyage développée dans le cadre du projet. Le système positionne et délivre le faisceau laser depuis la source laser jusqu'à l'œuvre et permet de positionner tous les sous-systèmes grâce à sa commande de manipulation. Le logiciel offre une interface utilisateur intuitive et conviviale basée sur une architecture qui permettra l'introduction d'autres outils à l'avenir.

Grâce aux efforts conduits pour développer une technologie propre, le projet INART a permis d'améliorer les méthodes de préservation et de réduire leur impact environnemental en évitant l'utilisation de produits chimiques dangereux, ce qui contribue à une amélioration des conditions de travail et à de meilleurs résultats finaux de manière globale.

En rendant le patrimoine culturel plus attrayant et disponible à un plus large public, ce projet peut avoir un effet stimulant sur l'économie en général grâce aux opportunités offertes en matière de tourisme et d'emploi. L'outil à base de laser peut également être un moteur pour l'innovation et la compétitivité des petites et moyennes entreprises (PME) en ouvrant le marché des activités de conservation et de restauration de qualité.

Informations connexes