Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

CEDER — Résultat en bref

Project ID: 22615
Financé au titre de: FP6-POLICIES

Faire entrer le secteur de la pêche dans le XXIe siècle

Un projet s'est attaché à apporter les bienfaits des nouvelles technologies aux pêcheurs, aux consommateurs et même aux poissons. Les résultats devraient être fort utiles à un secteur très enraciné dans les traditions.
Faire entrer le secteur de la pêche dans le XXIe siècle
Le fait de disposer des bonnes informations au moment voulu peut faire toute la différence. Dans le secteur de la pêche, il n'est guère facile de collecter des données à partir des dizaines de milliers de navires qui sont en mer à tout moment. Cependant, de nouvelles technologies de l'information et de la communication (TIC) pourraient renverser la situation.

Le projet Ceder («Catch, effort and discard estimates in real-time») a été financé par l'Europe pour étudier le potentiel des TIC dans ce domaine. La première étape a été de mettre en place une base de données portant sur les prises, les rejets et les quotas. Les données provenaient de plusieurs sources, et leur envoi a été automatisé pour accélérer leur saisie.

La base de données a ensuite servi à tester quatre modèles, conçus par l'équipe pluridisciplinaire de Ceder. Le projet s'est considérablement investi pour décrire les relations entre des paramètres majeurs, comme les rejets et les captures accessoires, pour différentes espèces ciblées.

Afin d'optimiser le transfert des données critiques, il a fallu cartographier tous les flux de données, par exemple les rapports légalement requis. Le projet a proposé des recommandations concernant la façon d'exploiter une infrastructure de TIC pour faciliter le stockage des données, leur échange et leur communication. Il a également tenu compte de problèmes comme la standardisation, la confidentialité et la fréquence des rapports.

Face à une technologie qui n'est pas forcément bon marché, l'équipe de Ceder a étudié les coûts de mise en œuvre du système. Lorsque c'était possible, elle a proposé des technologies de remplacement moins coûteuses. Les coûts ont également été minimisés en réduisant la fréquence des rapports sans pour autant diminuer la valeur du système.

L'adoption des solutions devrait apporter en temps quasi-réel des informations plus exactes, et donc augmenter le total autorisé de capture (TAC). Il s'agit d'une excellente nouvelle pour les pêcheurs comme pour les consommateurs.

Informations connexes