Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Le mulet comme indicateur environnemental

Un projet européen a étudié la possibilité d'utilisation du mulet cabot ou mulet à grosse tête, comme indicateur d'impact environnemental. Les travaux du projet participent aux efforts entrepris par la communauté scientifique pour protéger et gérer l'écosystème des estuaires marins.
Le mulet comme indicateur environnemental
Estuaires, deltas et lagunes sont des points de confluence entre l'eau douce des rivières et l'eau venant de la mer, cette particularité en fait des lieux d'une très grande diversité biologique. Ils sont par contre, très sensibles au changement climatique et aux activités humaines. La conservation de ces environnements très fragiles est l'un des plus grands défis de l'humanité. Pour pouvoir gérer ces sites de manière efficace et intégrée, les chercheurs ont besoin d'indicateurs appropriés, capables de refléter précisément l'état écologique de ces zones d'estuaires. Ces indicateurs sont parfois des espèces de poissons vivant dans les écosystèmes estuariens, même si peu d’entre eux sont capables de prospérer dans une si grande diversité d'habitats écologiques.

Le projet MUGIL («Main uses of the grey mullet as indicator of littoral environmental changes») a choisi le mulet cabot (Mugil cephalus) pour établir un réseau d'observation de sites écologiques situés en Europe, en Afrique, en Asie et en Amérique. Ce poisson est largement répandu puisqu'on le retrouve dans pratiquement toutes les eaux côtières tropicales et tempérées du monde, il tolère également une certaine pollution ainsi que des niveaux de salinité très variables. Il joue également un rôle important au niveau de la pêche, spécialement dans les pays en voie de développement.

Le mulet est une espèce commune capable de se reproduire dans des conditions très variables et dans des habitats écologiques très différents; les mécanismes impliqués dans cette adaptabilité sont par contre, très peu connus. Les chercheurs ont observé le cycle biologique, les variations de traits et les réactions physiologiques des populations de mulet lorsqu'elles sont confrontées à des modifications de salinité ou de pollution.

Le consortium a mis en place toute une série de séminaires et d'ateliers comprenant la mise en place d'une base de données contenant toutes les informations pertinentes. D'autres ateliers se sont intéressés au cycle biologique de l'espèce et aux profils de migration des différentes populations ainsi qu'à la standardisation des méthodes de recherche. Les résultats d'études génétiques antérieures et présentes ont été passés au crible par les chercheurs qui ont également essayé d'identifier les meilleures méthodes de manipulation et d'analyse des divers échantillons.

Les travaux du projet MUGIL permettront ainsi aux scientifiques d'utiliser le mulet cabot comme indicateur environnemental du statut écologique des écosystèmes estuariens. Cette espèce contribuera ainsi à la gestion durable d'écosystèmes côtiers fragiles et facilitera également leur restauration.

Informations connexes