Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

APOLLON-B — Résultat en bref

Project ID: 33228
Financé au titre de: FP6-NMP
Pays: Grèce

Une énergie «propre» plus intéressante

Une initiative financée par l'UE a abouti à la production de piles à combustibles plus efficaces et à moindre coût. Les résultats du projet ont donné à l'industrie européenne un grand avantage sur le marché mondial pour de telles formes d'énergie.
Une énergie «propre» plus intéressante
Les piles à combustibles sont une forme d'énergie propre et renouvelable que l'on utilise pratiquement partout, des hôpitaux et usines aux voitures et bus. Les piles à combustibles à membrane à électrolyte polymère (PEM, de l'anglais Polymer electrolyte membrane) sont essentiellement des piles produisant de l'électricité qui utilisent souvent de l'hydrogène stocké et de l'oxygène de l'atmosphère. Il s'agit d'une forme d'énergie «propre» et à bon rendement et la demande dans les nouvelles technologies ne cesse de croître.

Les piles à combustibles PEM traditionnelles fonctionnent normalement à des températures relativement basses et requièrent du platine, un métal noble qui est d'une part coûteux et d'autre part sensible à l'intoxication au monoxyde de carbone.

Le projet Apollon-B («Polymer electrolytes and non noble metal electrocatalysts for high temperature PEM fuel cells») visait à développer des matériaux permettant une exploitation à haute température des piles à combustibles PEM et à minimiser, voire éliminer le recours au platine.

Les chercheurs sont parvenus à développer des alliages nanostructurés en platine ou des métaux composés de platine et d'un autre élément. Ces matériaux ont permis de réduire la quantité requise de platine, un composant coûteux, et se sont révélés jusqu'à cinq fois plus actifs que les électrodes classiques de platine.

En outre, on a mené des recherches expérimentales et de modélisation concernant l'activité et la compatibilité des matériaux à base de métaux non nobles pouvant totalement éliminer l'utilisation du platine.

En bref, les chercheurs du projet Apollon-B ont réussi à répondre à l'un des principaux problèmes posés par les piles à combustibles PEM, à savoir leur dépendance envers le platine et sa restriction inhérente en terme de température. Ils ont ainsi permis à l'Europe d'obtenir une place de choix dans la production des piles à combustibles PEM à haute température. Si l'on considère le grand potentiel de commercialisation de ces piles à combustibles dans les domaines des applications énergétiques mobiles et stationnaires, ce projet financé par l'UE sera un grand pas en avant pour le secteur européen dans un marché de l'énergie hautement rémunérateur.

Informations connexes