Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Des avions «plus sains»

Un avion plus sûr demande des pièces et des systèmes plus fiables mais aussi de meilleurs moyens permettant de réduire les dommages aux pièces, d'identifier la présence de dommages et leur localisation pour permettre leur réparation. Les chercheurs européens ont avancé les moyens qui permettront de réaliser cela dans un avenir proche.
Des avions «plus sains»
Les méthodes pour la maintenance des avions et l'évaluation de la durée de vie ont remarquablement évolué au cours du dernier siècle. Les fabricants ont progressé des évaluations de sécurité statiques (sans tenir compte du mouvement des pièces ou des systèmes) aux évaluations à sécurité intégrée (ne permettant aucune panne) et aux évaluations tolérantes aux dommages (capables de fonctionner avec de légers dommages), offrant de meilleurs moyens de prédire les pannes possibles et le fonctionnement continu.

Le contrôle de la santé structurelle (structural health monitoring, SHM) et l'amortissement des vibrations sont deux nouvelles approches permettant de garantir une maintenance réduite, une meilleure fiabilité et une plus longue durée de vie. La première fait référence au contrôle continu des composants et des systèmes pour enregistrer les changements et avertir des menaces imminentes pour les performances et la sécurité. La deuxième approche faire référence à la diminution des vibrations qui sont souvent la cause de pannes imprévisibles ou de la propagation de fissures.

Les appareils utilisés dans le SHM et l'amortissement des vibrations doivent souvent être placés dans des zones distantes, rendant les sources d'énergie renouvelable intéressantes pour garantir une alimentation constante.

Le projet Advice («Autonomous damage detection and vibration control systems») a été conçu pour développer des moyens de récolter l'énergie mécanique inhérente aux vibrations structurelles pour alimenter les capteurs autonomes utilisés pour le SHM et l'amortissement des vibrations.

Les chercheurs financés par l'UE ont conçu, fabriqué et testé un dispositif autonome au niveau énergétique à la fois compact et léger. Ils l'ont intégré dans un système complet comprenant la passerelle et une station centrale pour la collecte et l'analyse des données. Le système complet disposait d'une autonomie énergétique partielle.

Les chercheurs ont ensuite soumis le système à des schémas de vibrations typiques de ceux rencontrés par les structures des avions en vol. Ils ont ensuite caractérisé les capacités de détection des dommages pour évaluer la sécurité et la fiabilité. Ce faisant, ils ont également étudié les paramètres complexes qui influencent l'identification des dommages et leur localisation.

Le développement réussi dans le cadre du projet d'un système sans fil autonome pour utilisation dans le SHM et l'amortissement des vibrations devrait réduire le temps et les coûts de maintenance et améliorer la fiabilité. Une bonne nouvelle pour les fabricants comme pour les utilisateurs.

Informations connexes