Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

EPOBIO — Résultat en bref

Project ID: 22681
Financé au titre de: FP6-POLICIES

De nouvelles usines pour des ressources renouvelables

Les plantes permettent de réaliser de nombreux produits et elles sont loin d'avoir exprimé tout leur potentiel au sein des procédés industriels. Les nouveaux carburants, biopolymères et produits pétroliers ne sont que quelques exemples des usages possibles au cours des dix prochaines années.
De nouvelles usines pour des ressources renouvelables
Le potentiel des bioproduits obtenus des cultures non vivrières apporte la promesse de nombreux avantages. Des millions d'années dévolution ont fait que la structure moléculaire dépasse encore les créations de l'homme. De plus, les cultures absorbent le carbone en masse si elles sont correctement gérées. Les produits naturels, quant à eux, se dégradent et se recyclent plus facilement.

Cependant, pour exploiter tout le potentiel agricole, industriel et commercial européen, une analyse intégrée doit être planifiée pour l'avenir des applications non vivrières. Un consortium composé de 12 partenaires et 45 experts européens, américains et autres s'est rassemblé afin de mettre en place un projet européen dans le but de révéler les secrets des bioproduits. L'objectif principal du projet multidisciplinaire Epobio («Realising the economic potential of renewable resources - bioproducts from non-food crops») consistait à passer en revue les défis scientifiques et techniques auxquels les cultures non vivrières doivent faire face en raison des contraintes imposées par la loi, la société et l’environnement.

En vue d'une présence sur le marché d'ici à 2020, le projet Epobio a identifié les parois cellulaires des plantes, les huiles végétales et les biopolymères comme étant des éléments importants pour les nouvelles recherches internationales. Le projet Epobio a ainsi produit 12 rapports et organisé des ateliers visant à définir les priorités et les recommandations en vue du développement de la bioéconomie dans ces domaines.

Les secteurs biotechnologiques couverts par les rapports comprennent la saccharification de la paroi cellulaire pour la production de biocarburants, la réalisation d'un lubrifiant à partir d'huile végétale d'Abyssinie (Crambe abyssinica) et des sources alternatives pour le caoutchouc. Les cultures d'huile végétale ont également joué un rôle essentiel dans l'industrie, notamment dans le secteur chimique et la production de biopolymères. L'utilisation des micro- et macroalgues a également été étudiée. Un atelier a même évoqué le potentiel des plantes vertes dans l'utilisation de l'énergie solaire.

Le financement jouant un rôle déterminant dans la recherche et le développement (R&D), Epobio a isolé les principaux mécènes et décideurs politiques au sein de l'Union européenne dès les prémices du projet. Les réunions organisées avec les responsables au sein de la Commission ont permis d'évoquer les lois en vigueur ainsi que les financements et l'impact de ces règlementations.

La publication des résultats à grande échelle permettra au projet Epobio d'exprimer tout son potentiel économique. Par ailleurs, la société et les entreprises pourront profiter de cette approche écologique. Le site web http://www.epobio.net est accessible au public en sept langues. Deux CD sont également distribués avec le rapport intitulé «The impact of non-food research 1988-2008».

Informations connexes