Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

SCINTAX — Résultat en bref

Project ID: 33427
Financé au titre de: FP6-NMP
Pays: Allemagne

Tout est dans le détail

Les systèmes radiographiques ont fait beaucoup de progrès depuis la découverte des rayons X il y a plus de cent ans. Grâce aux travaux de chercheurs européens financés par l'UE, des informations importantes obtenues de façon non destructive à partir d'échantillons en trois dimensions (3D) sont devenues plus claires.
Tout est dans le détail
C'est un scientifique allemand, Wilhelm Roentgen, qui a le premier découvert et étudié les rayons X. Il a réussi à observer des images détaillées des os de ses mains et de ses bras en les plaçant sous une source de rayons X.

Des matériaux différents absorbent les rayons X de manière différente. Les structures qui absorbent le plus les radiations présenteront sur un film radiographique des images plus sombres car la quantité de rayons X détectée par le film radiographique sera moins importante.

Bien que cette technologie soit ancienne, de nouvelles techniques ont permis d'obtenir des images d'une plus grande résolution. Les scintillateurs représentent l'une de ces possibilités d'amélioration, ce sont des matériaux qui émettent une lumière visible (bioluminescence) après avoir absorbé les radiations (dans ce cas, les rayons X) et qui sont détectés par des détecteurs de scintillation amplifiant pour l'essentiel le signal obtenu.

Des chercheurs ont ainsi conçu le projet Scintax («Novel ceramic thin film based scintillator for high resolution X-ray imaging») afin de développer de nouveaux films de scintillation et les détecteurs à scintillation pour des applications industrielles et scientifiques.

Les scientifiques ont axé leurs travaux sur un type particulier de scintillateur, des cristaux d'orthosilicate de lutécium (Lu2SiO5) dopés à croissance épitaxiale particulièrement adaptés à la détection indirecte des rayons X via un détecteur de lumière visible. Ces travaux ont abouti à la publication de méthodes de caractérisation standard des capteurs numériques et à une demande de brevet.

Les systèmes du projet Scintax sont particulièrement adaptés à l'inspection non destructive, offrant une sécurité accrue grâce à leurs résolutions spatiales élevées. De plus, cette meilleure résolution même à de plus hautes énergies permet de réduire le temps d'exposition et ouvre de plus larges perspectives dans le domaine médical et biologique. La commercialisation de ces systèmes permettra d'améliorer la sécurité de toutes sortes de produits soumis à des essais non destructifs. Tout aussi important, cette nouvelle technologie permettra une détection plus précoce de certaines maladies et améliorera de fait leurs perspectives de guérison. Ce sont de bonnes nouvelles pour l'industrie européenne et pour les citoyens européens.

Informations connexes