Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Du pilotage automatique aux avions sans pilote

L'UE s'est engagée à rendre le transport aérien plus efficace grâce à plusieurs méthodes complémentaires comprenant de nouveaux supports, de nouvelles méthodes de maintenance et une communication plus efficace. Un projet financé par l'Union européenne a ouvert de nouvelles perspectives pour la réalisation d'appareils sans pilote. Celles-ci associent planification rigoureuse, polyvalence, communication et gestion fiables et sûres.
Du pilotage automatique aux avions sans pilote
Le projet IFATS («Innovative future air transport system») visait à mettre en place une structure de communication et de contrôle en réseau pour les différents éléments au sol et dans les airs en vue de permettre aux avions de réaliser des plans de vol préprogrammés grâce à des sondes et des systèmes informatiques embarqués particulièrement sophistiqués.

Le système de transport aérien (STA) se basait sur un contrat en quatre dimensions (4D), à savoir les axes x, y et z définissant l'espace tridimensionnel, auquel vient s'ajouter le facteur temps (t). La partie au sol prévoyait la création du schéma en 4D grâce à un plan de vol préprogrammé sans conflit basé sur un espace aérien en 4D autorisant certains écarts mineurs comme les différences entre les conditions météorologiques prévues et les conditions réelles. La partie aérienne assurait le respect rigoureux du schéma en 4D, le contrôle de la trajectoire et la mise en place des nouvelles demandes de schémas en 4D en cas d'écart majeur, ainsi que la diffusion des données pertinentes au voisinage de la zone de vol.

Les chercheurs ont tenu compte de deux principaux défis en matière de STA, à savoir les conditions météorologiques et la communication. Ils ont mis au point un simulateur capable de mettre en place des stratégies de vol basées sur des prévisions météorologiques dans différentes régions européennes. Pour résoudre le problème causé par une bande passante faible lors de la transmission des données de gestion STA (DGSTA), le projet IFATS a intégré un module QdS (qualité de service) autorisant le partage de la bande passante en fonction de la priorité du message et le chiffrement afin d’éviter les interférences et la corruption des données.

Pour faciliter la transition, les appareils non coopérants ne doivent voler que dans des espaces aériens spécifiques connus du système.

Le projet IFATS a exclusivement étudié les aspects techniques de cette automatisation. Il est parvenu à démontrer sa faisabilité technique ainsi que sa capacité, son efficacité, sa sécurité et son caractère écologique. L'un des principaux obstacles à la mise en place du projet sera vraisemblablement l'accueil que réservera le consommateur aux appareils sans pilote. Dès lors, la question de la sécurité doit être encore étudiée plus en détail. Néanmoins, le projet IFATS a produit un concept DGSTA extrêmement novateur susceptible de renforcer la sécurité et la fiabilité du transport aérien dans un futur proche.

Informations connexes