Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

NANOTRANSPORT — Résultat en bref

Project ID: 33371
Financé au titre de: FP6-NMP
Pays: Norvège

Harmoniser les tests toxicologiques pour les nanoparticules

Les nanoparticules (NP) sont de plus en plus répandues en raison de l'évolution rapide de la nanotechnologie. Elles sont souvent libérées sur le lieu de travail sous forme d'aérosols et l'on s'inquiète beaucoup de leurs effets potentiels sur la santé.
Harmoniser les tests toxicologiques pour les nanoparticules
Les chercheurs européens ont été motivés par le fait que les propriétés des aérosols changent considérablement lorsque les particules sont émises dans l'air par rapport aux propriétés observées dans le réacteur. Ils ont ainsi mis en place le projet Nanotransport («The behaviour of aerosols released to ambient air from nanoparticle manufacturing - a pre-normative study»). Leur objectif visait à mettre en lumière la nécessité de tests standard adaptés à la nanotoxicologie et aux normes sanitaires sur le lieu de travail.

Le groupe chargé de ce projet financé par l'UE était composé d'experts en gestion du risque, contrôle d'aérosol, filtration, technologie des NP et caractérisation des particules en ligne. Ils ont démontré que les aérosols composés de NP changeaient considérablement lorsqu'ils sont libérés dans l'air ambiant.

Par ailleurs, en raison de l’agglomération rapide des NP et de leur liaison aux aérosols, les travailleurs auront plus tendance à être en contact avec des structures agglomérées qu'avec des NP pures. Dès lors, le matériel de suivi et de filtration doit tenir compte de la taille et de la composition chimique des agglomérats en plus des propriétés originelles des NP pures.

La répartition de la taille des particules des agglomérats et leur liaison aux particules ambiantes varie considérablement en fonction de la diversité des conditions de diffusion. Cela montre bien le besoin d'évaluer les différentes situations professionnelles lors de l'évaluation des risques.

En résumé, le projet Nanotransport a contribué considérablement à la caractérisation et à la compréhension du comportement des aérosols libérés lors du procédé de fabrication des NP. Plus particulièrement, le projet met en lumière la nécessité d'une analyse rigoureuse et détaillée des agglomérats créés lorsque les aérosols sont libérés dans l’air.

Les applications des résultats pour l'amélioration des outils de détection et de mesure utilisés pour l'harmonisation des tests de nanotoxicologie devraient garantir la santé et la sécurité des travailleurs actifs dans le domaine des nanotechnologies. C'est une bonne nouvelle pour les Européens et pour le système de santé en Europe.

Informations connexes