Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

De nouveaux implants diminuent le risque d'infection postopératoire

Les infections sont des complications postopératoires relativement fréquentes après la pose d'un implant prothétique. Une initiative européenne s'est attaquée à ce problème en incorporant un film de surface dont les molécules antibiotiques contenues dans un polymère sont libérées localement sur le site de l'infection.
De nouveaux implants diminuent le risque d'infection postopératoire
Les implantations chirurgicales de prothèses de genoux et de hanches figurent parmi les plus fréquentes opérations chirurgicales en Europe avec environ 1,4 millions d'opérations annuelles. Malgré des procédures opératoires stériles, l'infection est toujours possible après une opération chirurgicale avec parfois pour conséquence une infection profonde de l'os et des effets dommageables pour l'implant et le patient. L'une des solutions optimales serait de pouvoir délivrer des molécules antibiotiques, anti-inflammatoires ou stimulant la croissance osseuse directement au niveau des sites potentiels d'infections.

C'est justement dans ce but que le projet Dendrite («Deposition of encapsulated network of drugs to prevent remedial implant treatment emanating from deep bone infection») a axé ses recherches sur le développement d'un film innovant dont les propriétés permettraient de réduire l'occurrence de ces infections postopératoires. Les partenaires du consortium ont tenté d'obtenir ce résultat en encapsulant les molécules sélectionnées dans une enveloppe polymérique qui se décomposerait à un rythme prédéfini, libérant ainsi le médicament désiré sur une période de temps fixée à l'avance. Les chercheurs ont lié entre elles les enveloppes de polymères et la surface de l'implant avec une série de liaisons d'affinité (pôles antagonistes) détruites biochimiquement et graduellement par le système immunitaire de l'hôte. Cette décomposition du polymère entraîne alors la libération dans le milieu environnant des molécules encapsulées qui vont traiter à la fois l'infection de l'os profond et celle des tissus mous.

Même si la technologie du projet a été développée initialement pour les implants osseux, les partenaires du consortium envisagent une application potentielle pour les implants dentaires et la chirurgie traumatique afin de prévenir en amont la survenue d'infections.

Les chercheurs du projet Dendrite ont ainsi développé de nouveaux implants capables de prévenir et de traiter les infections osseuses postopératoires. Bien que d'autres études précliniques et cliniques soient encore nécessaires avant que cette technologie soit commercialisée, elle est appelée à révolutionner le marché des implants en réduisant l'occurrence des infections d'implants et en réduisant le coût des soins postopératoires.

Informations connexes