Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

PIQUE — Résultat en bref

Project ID: 28478
Financé au titre de: FP6-CITIZENS
Pays: Autriche

La face cachée de la privatisation

La libéralisation et la privatisation sont considérées comme des mécanismes modernes visant à mettre à niveau les secteurs gouvernementaux obsolètes. De nouvelles études sur leurs impacts et effets révèlent une histoire totalement différente.
La face cachée de la privatisation
Les décideurs politiques et les économistes pensent que la privatisation des services publics mène à de nombreux avantages pour la société, notamment de meilleures conditions de travail pour les personnes employées au sein du secteur et de meilleurs services pour tous. Le projet PIQUE («Privatisation of public services and the impact on quality, employment and productivity») financé par l'UE a mis ses connaissances au banc d'essai pour étudier la privatisation de l'électricité, des services postaux, des transports et de la santé dans plusieurs pays d'Europe.

Le projet s'est penché sur plusieurs études de cas afin d'analyser les effets de la privatisation au niveau de l'entreprise et son impact sur le travail, l'emploi et le service. Les études de cas impliquaient 185 entretiens portant sur le problème auprès de directeurs, d'unions du travail, de travailleurs et d'autres parties prenantes. Il était intéressant de constater que la privatisation et la libéralisation n'avaient que des effets modestes sur la compétitivité.

Les études révélaient aussi que sans régulation marchés compétitifs, les sociétés pourraient établir leurs propres prix et standards de services, créant ainsi des monopoles ou oligopoles. Dans l'absolu, la libéralisation a apporté des changements en terme de propriété mais les obligations de services publics n'étaient pas obligatoirement remplies. Ainsi, l'équipe du projet a recommandé des lois qui permettaient de maintenir la qualité et de réguler les services publics en Europe.

Une autre cause d'inquiétude est que les coûts de production après la privatisation ont été réduits aux dépens des employés dont les conditions de travail ont fortement décliné. Les relations au travail étaient également affectées avec des conséquences négatives considérables sur l'emploi et les conditions de travail. En outre, on a constaté que ce genre d'actions menait à une réduction plutôt qu'à la création d'emplois, favorisant le travail à mi-temps plutôt qu'à temps complet.

Quant aux peurs des employés, PIQUE a également découvert que la libéralisation et la privatisation menaient souvent à des salaires réduits et des conditions de travail en dessous des normes. Ainsi, le projet a identifié le besoin urgent de réglementations sociales dans les secteurs libéralisés et privatisés. Il a également mis le doute sur la viabilité du démantèlement du monopole des services publics qui sont généralement contraints par la loi de fournir des services nationaux efficaces.

Toute valeur ajoutée à ces secteurs libéralisés provenait principalement de la mise à niveau des technologies et de la forte croissance dans l'économie globale. Parallèlement, l'augmentation de la productivité semblait provenir principalement des réductions d'emplois. Globalement, les citoyens sont satisfaits des changements, mais les avantages des libéralisations et des privatisations ne sont aussi roses qu'elles devraient l'être. Les résultats et recommandations de ce projet serviront d'exemples aux décideurs politiques et aux gouvernements.

Informations connexes