Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

UWT — Résultat en bref

Project ID: 44272
Financé au titre de: FP6-POLICIES

Les flux migratoires et leur impact sur la main d'œuvre de l'UE

Une étude financée par l'UE a permis de mieux comprendre les flux migratoires vers l'UE et leur impact sur le marché du travail. Les résultats ont mis en lumière les faiblesses d'une tendance croissante à renforcer les contrôles de l'immigration.
Les flux migratoires et leur impact sur la main d'œuvre de l'UE
Le projet UWT («Undocumented worker transitions: Compiling evidence concerning the boundaries and processes of change in the status and work of undocumented workers in Europe») vise à explorer les différentes composantes des flux migratoires, qu'ils soient légaux ou illégaux. Le consortium s'est penché sur les émigrés qui travaillent sans être correctement déclarés, en examinant tout particulièrement leur connaissance des marchés du travail des pays d'accueil et la façon dont leur statut d'émigré limite ou leur bloque l'accès au travail.

Les partenaires du projet, issus de sept États membres de l'UE, avaient plusieurs objectifs, tous basés sur le lien entre les flux migratoires et le travail. Ceux-ci incluaient d'en apprendre davantage au sujet de l'impact des flux migratoires sur les marchés du travail en Europe, d'établir une cartographie et une modélisation des mouvements des émigrés et réfugiés vers et au sein de l'UE, et de tester des théories de capital social et humain liées à l'immigration.

L'effort de recherche visant à analyser divers aspects de l'immigration a tenu compte de la façon dont les différences d'âge, de sexe et d'ethnie impactaient le parcours professionnel des émigrés non déclarés. D'après les résultats obtenus, les taux d'immigration restent élevés malgré le renforcement de la politique de contrôle de l'immigration. Ces derniers sont en général stimulés par de mauvaises conditions socio-économiques ou politiques dans le pays d'origine associées à la croyance que le pays de destination offrira des opportunités de travail.

L'équipe du projet de recherche UWT a constaté que les contrôles d'immigration plus rigoureux en vigueur dans de nombreux pays ne décourageaient pas les émigrés; Ils sont prêts à suivre des voies dangereuses pour entrer ou à violer leurs conditions de visa en acceptant de travailler «au noir». Dans ce dernier cas, les employeurs exploitent souvent leur statut de non déclaré et les font travailler dans de mauvaises conditions et, parfois même, les maltraitent. Ainsi, des contrôles d'immigration toujours plus restrictifs peuvent en fait servir de terrains propices à un environnement de travail encore plus dangereux et fondé sur l'exploitation de l'individu.

Certaines recommandations du projet UWT concernent la séparation des réglementations relatives à l'immigration et l'emploi et, par extension, à la santé et la sécurité, aux soins de santé et services sociaux de façon à ce que tous les travailleurs puissent bénéficier de la protection prévue par la législation du travail. Cela permettrait de supprimer les avantages économiques perçus par l'employeur en utilisant de la main d'œuvre non déclarée.

Les conclusions du projet soulignent la nécessité de se concentrer plus sur ce qui motive les personnes à quitter leur pays, plutôt que sur les conséquences de l'immigration illégale et du travail non déclaré dans les pays de destination. L'ensemble des recommandations basées sur les travaux du projet UWT ont été présentées dans un rapport complet; elles comprennent des mesures spécifiques qui pourraient être prises pour s'attaquer aux nombreuses injustices, comme celles identifiées par les partenaires du projet.

Informations connexes