Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

De nouveaux vaccins contre les infections des ruminants

Un consortium international s'est attelé au problème des infections des ruminants par des bactéries, en mettant au point des tests de diagnostic spécifiques et des vaccins efficaces. Les résultats du projet serviront à gérer efficacement les maladies et à réduire les pertes chez le bétail.

De nouveaux vaccins contre les infections des ruminants
Les maladies transmises par les tiques posent un sérieux problème au niveau du commerce international des animaux, et empêchent les éleveurs d'augmenter leur productivité comme ils le souhaiteraient. La méthode actuelle de contrôle consiste à utiliser des antiparasites spécifiques aux tiques, des acaricides. Elle présente cependant de nombreux inconvénients en termes de coût, de résistance et de sécurité pour l'environnement et les aliments.

Pour remédier à ces problèmes, le projet Epigenevac financé par l'UE a centré ses travaux sur les infections des ruminants dues à Ehrlichia ruminantium (péricardite exsudative infectieuse) et à Anaplasma marginale (anaplasmose). La première maladie touche l'Afrique sub-saharienne, Madagascar et les îles environnantes, la seconde a une distribution plus large. Ces deux maladies sont transmises par diverses espèces de tiques et de mouches hématophages. Les partenaires du projet souhaitaient mettre au point des tests de diagnostic spécifiques et des vaccins efficaces pour contrôler l'apparition et la propagation de ces maladies bactériennes.

Les scientifiques ont commencé par séquencer le génome d'E. ruminantium et d'A. marginale. En associant les données à des informations sur l'ARN (acide ribonucléique) et les protéines, ils comptaient découvrir des antigènes susceptibles d'être utilisés pour réaliser des vaccins. Les chercheurs ont cloné les gènes candidats les plus prometteurs dans divers systèmes de transmission, et défini des méthodes immunologiques plus efficaces pour tester les vaccins potentiels.

Ensuite, ils ont conduit une vaste étude épidémiologique de terrain sur les deux maladies, afin de réaliser des cartes régionales de répartition et d'étudier la dynamique des interactions tique-vecteur-hôte. Ils ont conçu des méthodes moléculaires pour la détection sensible et la caractérisation génétique d'E. ruminantium et d'A. marginale.

Le projet Epigenevac a ainsi généré des connaissances essentielles sur la génétique des infections des ruminants par les bactéries, et identifié des antigènes susceptibles d'être utilisés dans des stratégies d'immunisation. Les tests de diagnostic optimisés pendant le projet serviront d'indicateur quantitatif pour faciliter les prises de décision dans le cadre des soins vétérinaires.

Informations connexes