Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Améliorer le rendement du blé en Méditerranée

Dans les zones où l'irrigation des cultures n'est pas toujours possible, il est fondamental que les variétés cultivées localement soient bien adaptées à un milieu parfois rude pour elles. Des chercheurs européens ont axé leurs travaux sur l'amélioration du génome de blé afin de maximiser les possibilités d'absorption d'eau de la plante.
Améliorer le rendement du blé en Méditerranée
L'évolution humaine et celle du blé sont inextricablement liées. Le blé est l'une des premières plantes à avoir été domestiquée à l'âge de pierre, l'amélioration des espèces sauvages accompagnant la transition du nomade chasseur-cueilleur à un mode de vie plus sédentaire et agraire. Durant des siècles, la sélection s'est faite en direction d'une augmentation de la taille des grains et du non éclatement de l'enveloppe protégeant celui-ci (déhiscence), cette sélection a produit les deux espèces principales cultivées de nos jours que sont le blé dur et le blé tendre.

Le blé dur que l'on utilise pour la confection des pâtes est cultivé principalement dans le bassin méditerranéen. Les ressources en eau nécessaires pour sa culture deviennent préoccupantes. Les précipitations dans ces régions sont en effet relativement faibles et très aléatoires. Le scénario du réchauffement climatique et la projection des précipitations futures ne font qu'accentuer le problème.

C'est pourquoi le projet Tritimed («Exploiting the wheat genome to optimise water use in Mediterranean ecosystems») s'est fixé pour objectif la sélection de nouvelles lignées de blé capables de s'adapter à des précipitations faibles et irrégulières. Les scientifiques du consortium ont recherché et identifié des caractéristiques et idéotypes génétiques susceptibles de fournir un rendement stable dans les conditions du milieu méditerranéen. Les idéotypes sont décrits en termes de caractéristiques ou traits censés améliorer la capacité génétique d'utilisation du milieu et donc un meilleur rendement.

Par des essais en plein champ, les chercheurs de Tritimed ont sélectionné les meilleures lignées de blé dur et de blé tendre afin qu'elles soient incorporées dans des programmes de sélection. Les loci de caractères quantitatifs (QTLs, pour quantitative trait loci) pertinents et de nouveaux marqueurs moléculaires ont ainsi pu être identifiés par les chercheurs. Pour explorer cette voie plus avant, les chercheurs ont développé et produit une puce d'expression des gènes du blé pour les études d'expression génétiques.

Les membres du projet ont utilisé des techniques modernes pour former les jeunes scientifiques des pays de l'Asie de l'Ouest et d'Afrique du Nord (WANA, pour West Asia and North Africa). Ils n'ont pas oublié l'angle socio-économique du projet en analysant le retour des communautés agricoles locales sur des questions comme l'adoption des nouvelles recommandations et en leur demandant leur opinion sur les nouvelles lignées. L'impact économique global sur l'agriculture locale et la profitabilité des programmes nationaux de recherche ont également été déterminés.

Les travaux de Tritimed sont également susceptibles de jouer un rôle dans la réduction du fardeau économique que représente l'augmentation des importations de blé tendre en région méditerranéenne. La formation en génomique des jeunes chercheurs d'Asie de l'Ouest et d'Afrique du Nord permettra d'assurer la poursuite de la sélection génétique des cultures pour ces pays ravagés par la sécheresse et qui doivent faire face à un milieu en constante évolution.

Informations connexes