Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

FLARETPOL — Résultat en bref

Project ID: 516998
Financé au titre de: FP6-NMP
Pays: Italie

Du plastique ignifugé pour circuler en toute sécurité

Il est nécessaire de mettre au point des équipements spéciaux en polypropylène (PP) ignifugé aux propriétés uniques pour le secteur de l'automobile et de l'aviation. Un projet européen a permis de concevoir un PP à l'épreuve du feu, capable de réagir de manière adaptée.
Du plastique ignifugé pour circuler en toute sécurité
L'équipement en polypropylène dans les voitures et les avions doit être à l'épreuve du feu pour améliorer sa capacité de survie. Par ailleurs, les émissions de gaz toxiques et de fumées doivent être supprimées; ce qui exclut automatiquement certains des retardateurs de flamme les plus efficaces, tels que les composés bromés.

Le retardateur de flamme le plus prometteur pour le PP est l'hydroxyde de magnésium (MH). L'objectif du projet Flaretpol, financé par l'UE, visait donc à développer les meilleurs composés MH/PP offrant des propriétés mécaniques et une processabilité optimales.

L'utilisation de MH en concentrations requises pour inhiber ou retarder le processus de combustion a un effet néfaste sur les propriétés cruciales du PP, telles que sa capacité de tolérance aux contraintes, déformations et chocs. Pour surmonter ce problème, l'équipe du projet Flaretpol a dans un premier temps défini les propriétés spécifiques aux composés MH/PP et a testé les matériaux réalisés à partir de celles-ci sur des câbles et pièces auto.

Elle a imaginé diverses méthodes chimiques possibles pour atteindre l'objectif visé, y compris le couplage direct de MH à des oligomères peroxydes réactifs préparés sur mesure (composés de trois unités monomères maximum). L'élément peroxyde de l'oligomère permet un greffage potentiel pour modifier les propriétés de viscosité. L'autre option était de créer une couche polymère de taille nanométrique autour du MH tandis qu'une troisième solution combinait les deux premières en utilisant une nanoargile traitée.

Dans l'ensemble, l'équipe a préféré suivre la méthode des oligomères composés avec microparticules de MH modifié et nanoargile pour fabriquer des prototypes. Les essais sur les monomères et oligomères réactifs par petits lots d'un kilogramme ont été suivis par la production de câbles et de pièces auto à l'échelle industrielle. Les chercheurs du projet Flaretpol ont procédé aux tests de processabilité, de performance mécanique et, bien entendu, de résistance au feu, sur les prototypes. La recyclabilité de tous les matériaux a également été évaluée.

Parmi les avantages potentiels, notons de nouveaux retardateurs de flamme compte tenu de l'interdiction européenne sur les composés halogénés, notamment dans l'industrie automobile et aéronautique. Le succès de Flaretpol devrait assurer une position élevée dans ce secteur d'activité aux fabricants de composés MH/PP.

Informations connexes