Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

CHITOSANPEROS — Résultat en bref

Project ID: 508421
Financé au titre de: FP6-SME
Pays: Russie

De nouvelles thérapies contre les maladies à pneumocoques

Les pneumocoques sont responsables de nombreuses maladies dangereuses, et présentent une résistance élevée à de nombreux médicaments. Un réseau européen de scientifiques a été mis en place pour promouvoir le développement de nouvelles thérapies contre les maladies à pneumocoques.
De nouvelles thérapies contre les maladies à pneumocoques
Le Streptococcus pneumoniae est le principal responsable de la pneumonie, de la méningite bactérienne et de l'otite. Malgré l'existence d'antibiotiques efficaces, la résistance croissance du pneumocoque diminue l'efficacité des traitements. En outre, même si l'antibiotique tue la bactérie, il n'évite pas les dommages résultant de l'inflammation et de la toxémie aiguë. La pneumolysine, la toxine du pneumocoque, est l'agent majeur de ces dommages en déclenchant la libération de médiateurs de l'inflammation par les cellules hôtes.

Le projet Pneumopep («New methods of treatment of antibiotic-resistant pneumococcal disease») financé par l'UE visait à découvrir de nouveaux composés pour définir des thérapies innovantes des maladies à pneumocoques. Les scientifiques européens du consortium ont associé leurs expertises pour atteindre cet objectif.

Le projet Pneumopep a atteint son but et proposé divers composés tête de série et molécules cibles en vue du traitement des maladies à pneumocoques. Deux protéines ont été pour la première fois évaluées en tant que cibles dans ce but; il s'agissait de la pneumolysine et des protéinases de surface des cellules des pneumocoques. Lors des expériences préliminaires, elles ont montré un comportement prometteur en tant que cibles potentielles.

En outre, plusieurs nouveaux composés ont été testés par rapport à l'inhibition de l'action des protéines cibles, et certains ont conduit à des résultats prometteurs. Six ont inhibé la pneumolysine in vivo (des peptides et de petites molécules organiques). Les chercheurs ont également testé des porteurs innovants et efficaces pour les médicaments potentiels.

Ce projet n'est que le début d'une longue lutte contre la résistance croissante du pneumocoque aux antibiotiques. Les ressources relatives aux outils et aux connaissances résultant de ce projet serviront de base pour concevoir de nouvelles thérapies.

Informations connexes