Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

EPI-VECTOR — Résultat en bref

Project ID: 511965
Financé au titre de: FP6-LIFESCIHEALTH

Le génome rénal dévoilé

Une équipe interdisciplinaire composée d'experts et de cliniciens a employé toute la palette des nouveaux moyens technologiques pour cartographier les gènes rénaux et développer de nouveaux traitements pour un certain nombre d'affections rénales.
Le génome rénal dévoilé
La cartographie du génome rénal est fondamentale pour la compréhension de toute une série de maladies rénales et in fine le développement de nouvelles approches thérapeutiques qui pourraient soulager les milliers d'européens touchés par ces maladies. L'initiative Euregene («European renal genome project») financée par l'UE a donc été mise en place pour identifier les gènes responsables du développement rénal et ceux responsables de l'apparition de maladies en y incluant les actions possibles et les protéines impliquées. Le projet représentait un groupe d'experts renommés dans le domaine, des petites et moyennes entreprise (PME) et des experts médicaux décidés à développer de nouvelles technologies et de nouveaux outils de génomique fonctionnelle qui soient utiles pour la recherche sur le rein.

Euregene était un projet interdisciplinaire intégrant des domaines comme la physiopathologie, la génétique et l'embryologie rénale. Les partenaires du projet ont développé des technologies de génomique fonctionnelle qui ont permis de créer une cartographie tridimensionnelle du transcriptome du rein embryonnaire et adulte chez la souris et Xenopus (un amphibien) et de créer un atlas des gènes des reins.

Ils ont de plus identifié les gènes exprimés au cours du développement, ce qui leur a permis de comprendre l'origine des composants cellulaires du rein et d'explorer les voies de différenciation des cellules souches rénales dans différentes régions du rein. Les chercheurs ont utilisé des souris et rats modèles pour définir les processus des maladies et identifier de nouveaux réseaux de régulations impliqués dans la physiopathologie rénale.

Les partenaires ont utilisé ces rongeurs pour modéliser des maladies comme la lithiase rénale (calculs rénaux), la néphropathie diabétique, la glomérulosclérose ou la protéinurie. Ces expériences leur ont permis de cartographier la position de gènes modificateurs impliqués dans la progression de la maladie et d'identifier de nouveaux gènes qui pourraient rapprocher les chercheurs d'un traitement. Les travaux de ce projet apporteront probablement de l'espoir à tous ceux qui souffrent de maladies rénales.

Informations connexes