Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

GIANT — Résultat en bref

Project ID: 512087
Financé au titre de: FP6-LIFESCIHEALTH

Thérapie génique furtive

Malgré le potentiel des thérapies géniques dans le traitement du cancer, celles-ci souffrent encore de nombreuses limitations en raison de leurs effets toxiques et de la non-spécificité des systèmes de transfert. Un projet européen a mis en place un réseau d'experts pour développer de nouveaux vecteurs qui soient 'invisibles' pour le système immunitaire tout en restant spécifiques.
Thérapie génique furtive
La thérapie génique est aujourd'hui une stratégie prometteuse pour soigner les maladies congénitales ou acquises qui restent pour l'instant incurables. Malgré le potentiel de cette approche et les applications cliniques qui commencent à apparaître, elle est confrontée à plusieurs handicaps fondamentaux. Les difficultés majeures proviennent d'un manque certain de vecteurs spécifiques et sûrs pour le ciblage des gènes.

C'est pourquoi le consortium mis en place dans le cadre du projet GIANT («Gene therapy: an integrated approach for neoplastic treatment») financé par l'UE a axé ses travaux sur l'élimination des handicaps dont souffrent les vecteurs de thérapie génique actuels.

Les chercheurs du projet GIANT ont mis au point de nouvelles technologies afin d'améliorer le ciblage et «l'invisibilité» des vecteurs viraux et non viraux pour le système immunitaire. Ils ont testé ces vecteurs optimisés dans des études précliniques et cliniques de traitement du cancer de la prostate.

Ils ont également développé et évalué dans des études précliniques un certain nombre de vecteurs basés sur les vecteurs adénoviraux ciblant spécifiquement les tumeurs. Les chercheurs du projet ont de plus, développé de nouveaux systèmes d'essai pour la caractérisation fonctionnelle de ces virus, réduisant ainsi l'expérimentation animale. Ils ont aussi développé de nouvelles stratégies permettant le ciblage efficace de ces vecteurs adénoviraux optimisés susceptibles d'être activés à volonté.

Des essais cliniques dans des modèles pertinents de cellules humaines primaires ou des cellules de souris ont révélé les difficultés majeures du ciblage génétique in vivo. Leurs essais ont montré un ciblage efficace avec une toxicité faible ou nulle dans ces lignées cellulaires. Au contraire, la capacité de diffusion, d'attachement et de pénétration des structures complexes de ces différents vecteurs s'est révélé limitée dans le modèle de souris.

Les connaissances et les ressources générées par GIANT fournissent ainsi une base solide pour le développement de tests novateurs et de vecteurs capables de traiter différents types de tumeurs.

Informations connexes