Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

EPISARS — Résultat en bref

Project ID: 511063
Financé au titre de: FP6-POLICIES
Pays: France

Prévenir l'infection par le SARS

Un projet a associé une approche pluridisciplinaire avec des études sur l'homme et l'animal afin de prévenir le retour d'une épidémie de SARS.
Prévenir l'infection par le SARS
L'épidémie de SARS a été un parfait exemple d'infection virale déclenchant l'étude rapide du virus afin d'éviter que la maladie ne se répande davantage. À l'aide d'outils épidémiologiques et virologiques, les chercheurs ont obtenu d'importantes informations sur le SARS, comme ses réservoirs animaux et son mode d'infection.

Le projet Episars («Prevention of future SARS epidemics through the control of animal and human infection») financé par l'UE est au cœur de ces travaux. Il visait à contrôler les infections des animaux et des humains par le coronavirus du SARS, afin d'éviter le retour de la maladie chez l'homme. Le projet s'est articulé en deux parties. La première a porté sur l'identification et le contrôle des réservoirs animaux du virus, la seconde sur l'épidémiologie du SARS chez l'homme à partir de données sur l'épidémie de 2003 en Chine.

La première partie a constaté que le réservoir animal se composait des populations de chauves-souris du genre Rhinolophus, et révélé le rôle essentiel de la civette masquée dans la transmission de la maladie à l'homme. L'analyse des variations génétiques des civettes ainsi que de leur écologie et de leur comportement a conduit à définir le contrôle de leur élevage et de leur vente.

En outre, l'analyse épidémiologique a confirmé les données sérologiques obtenues en Chine en 2003, et apporté des informations sur l'excrétion à long terme du virus ainsi que sur le type et la durabilité de la réponse immunitaire.

Les résultats du projet Episars ont amélioré la compréhension de l'épidémiologie des virus associés au SARS, et contribué à rédiger des directives pour la prévention locale et le contrôle du réservoir animal. On espère que la mise en place internationale de ces règles diminuera l'incidence des épidémies de SARS chez l'homme.

Informations connexes