Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

AQUAFIRST — Résultat en bref

Project ID: 513692
Financé au titre de: FP6-POLICIES
Pays: France

La résistance aux maladies et au stress chez les poissons et les huîtres

Le projet Aquafirst a identifié des gènes afin de déterminer leur résistance à la maladie et la résistance au stress des rousseaux (ou dorades roses), bars européens, huîtres et truites arc-en-ciel. Les résultats ont permis de développer des marqueurs génétiques pour l'élevage sélectif des poissons et fruits de mer présentant une plus grande résistance à la maladie et au stress.
La résistance aux maladies et au stress chez les poissons et les huîtres
Les scientifiques ont mené des études physiologiques et génétiques sur les effets des pathogènes et le stress de la détention sur les poissons d'élevage. Outre la mortalité estivale chez les huîtres, un phénomène complexe peut-être lié à des causes environnementales, physiologiques (maturation des gonades) ou pathologiques a également été étudié.

Le succès de cette étude reposait sur le développement de nouvelles techniques de micro-essais et l'amélioration des cartes génétiques pour le rousseau, le bar européen et les huîtres. Par ailleurs, la position sur le génome des traits qui influencent la résistance aux maladies et au stress a été déterminée pour les quatre espèces à l'étude.

Une équipe pluridisciplinaire comprenant des généticiens, des physiologistes et des immunologistes ont identifié les gènes qui réagissaient à l'exposition aux pathogènes et ont caractérisé les variations de séquence d'ADN connues sous le nom de polymorphismes nucléotidiques simples (SNP - single nucleotide polymorphisms). Les scientifiques d'Aquafirst ont également mené une analyse des locus de caractères quantitatifs (QTL - quantitative trait loci) pour identifier l'association entre les traits de résistance au stress ou à la maladie et les gènes candidats.

Les chercheurs ont également créé des directives qui intégraient les QTL identifiés et les approches traditionnelles d'élevage chez l'huître, le rousseau, le bar européen et la truite. Le consortium a associé des données sur les travaux relatifs à l'analyse du génome et des QTL pour caractériser les marqueurs génétiques. Le génotypage du bar européen et du rousseau reposait sur des outils développés sous les auspices des projets Bridgemap et Bassmap financés par l'UE.

Le projet Aquafirst a développé des outils génomiques et fourni de nouvelles informations sur la génétique relatives à l'aquaculture, dont le groupement de gènes impliqué dans la réponse au stress et la résistance aux maladies. L'initiative est également parvenue à développer des liens et des concepts communs entre les généticiens et les physiologistes.

Informations connexes