Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Contrôle non destructif des éléments en plastique

La technologie du contrôle non destructif (CND) mise au point grâce à un financement de l'UE devrait permettre de renforcer la compétitivité de nombreux fabricants de plastiques de l'UE, en diminuant l'argent et le temps perdus en raison des défauts que présentent les pièces.
Contrôle non destructif des éléments en plastique
Les éléments en plastique sont généralement produits au moyen d'un processus appelé moulage par injection. La matière première est mélangée et chauffée avec un solvant sur une grande vis tournante qui la fait fondre et l'«injecte» dans un moule. Lorsque la matière se refroidit et durcit, le moule est retiré pour obtenir la pièce.

La pièce moulée peut être utilisée telle quelle, mais elle peut aussi subir différents traitements comme la peinture ou le chromage.

À l'heure actuelle, les fabricants sont incapables de repérer les pièces moulées par injection qui sont susceptibles de présenter des défauts au cours des étapes de refroidissement ou de traitement ultérieur. Cela entraîne des pertes énormes de temps, d'argent et de matières pour les 25 000 petites et moyennes entreprises (PME) du secteur européen du moulage par injection. En outre, le secteur est particulièrement vulnérable à la concurrence des pays situés hors de l'UE où le coût de la main-d'œuvre est faible.

Dans le cadre du projet Thermofit financé par l'UE, une équipe européenne a entrepris de combler le fossé technologique en mettant au point un outil d'imagerie thermique permettant de contrôler les pièces. De nombreuses réunions entre les partenaires ont conduit à la définition de plusieurs thèmes directeurs concernant la nouvelle technologie de CND et l'interface utilisateur.

Tout d'abord, le système devait pouvoir s'adapter à des pièces de n'importe quelle forme, taille ou matière. Deuxièmement, la configuration et le logiciel devaient être faciles à apprendre et à utiliser. Enfin, la technologie devait évidemment assurer une détection des défauts précise, reproductible et fiable.

Le consortium Thermofit a eu recours aux réseaux neuronaux, bien connus pour leur puissance de reconnaissance et de classification des formes, pour le module de détection des défauts. Les essais réalisés sur de nombreuses pièces composés de matériaux et de formes différents ont démontré une précision impressionnante de détection des défauts de l'ordre de 98 à 100 %.

La technologie Thermofit devrait avoir un impact important sur le secteur européen du moulage par injection et les nombreuses PME qui y travaillent. Améliorer la qualité et la productivité tout en diminuant les coûts permettra d'aider l'Europe à rivaliser avec ses voisins asiatiques qui sont favorisés par le coût peu élevé de leur main-d'œuvre.

Informations connexes