Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

La recherche sur les prions mène à de nouvelles approches de diagnostic

Améliorer notre compréhension des phénomènes de souches de prions et de leur transmission à différentes espèces développera de nouveaux essais pour le diagnostic et des régimes de traitement potentiels.
La recherche sur les prions mène à de nouvelles approches de diagnostic
Depuis la première description des prions, de différentes souches de ces protéines très infectieuses ont été identifiées, indiquant que la délimitation de leurs caractéristiques et de leur mode d'action ne sera pas une tâche aisée. Des souches multicibles présentent une menace publique considérable si elles se propagent le long de la chaîne alimentaire en restant non identifiées ou mal identifiées. Des cas isolés de tremblante du mouton, une maladie neurodégénérative, qui touche les petits ruminants (ovins et caprins) en Europe, illustrent ce danger.

Le manque de méthodes de diagnostic appropriées pour la détection rapide des prions pose un danger sanitaire important. Pour aborder cela, le projet Strainbarrier («Understanding prion strains and species barriers and devising novel diagnostic approaches»), bénéficiant d'un financement de l'UE, proposait d'étudier les aspects fondamentaux des souches de prions et leurs relations aux obstacles entre espèces. L'objectif était d'utiliser ces connaissances pour le développement de méthodologies de diagnostic pour détecter les prions et prédire leur comportement épidémiologique.

En utilisant différents modèles animaux, les scientifiques du projet ont systématiquement étudié le mode de transmission de souches d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) et de tremblante du mouton, leurs obstacles d'espèces et le potentiel de transmission à l'homme. Le comportement des souches croisées ainsi que le temps d'incubation, la stabilité et les propriétés biochimiques ont été délimités avec soin.

Le projet aborde également l'étude de la structure des protéines infectieuses, de biologie cellulaire, et de pathogenèse, offrant des informations importantes pour les compartiments de synthèse de prions, le transport en tunnel par les cellules et les voies de signalisation impliquées dans l'infection. De plus, la détection améliorée des prions dans les prélèvements cérébraux en plus de réactifs selon la souche, comme les anticorps et les peptides de liaison, a le potentiel d'être utilisée pour les méthodologies de diagnostic.

Strainbarrier a généré une vaste gamme de données qui devraient aider les épidémiologistes et les autorités sanitaires à prédire la transmission possible d'une espèce à l'autre. L'établissement de ces informations en mesures de gestion de maladies pourrait avoir un impact bénéfique sur la sécurité alimentaire et la santé publique.

Informations connexes