Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Une vision bioénergétique pour l'Afrique

Si l'on pouvait exploiter les régions sèches en Afrique pour faire pousser des cultures bioénergétiques, les économies locales environnantes pourraient se développer et les pays africains atteindre plus facilement leurs besoins en énergie.
Une vision bioénergétique pour l'Afrique
Les paysages secs de l'Afrique pourraient être exploités pour produire des cultures pour la bioénergie, augmentant par là même le développement durable sur le continent et alimentant son économie. Le projet Compete financé par l'UE visait à créer une plateforme encourageant la production de bioénergie sur le continent. Il portait sur les régions arides et semi-arides en Afrique, qui pourraient être exploitées pour la bioénergie sans nuire à l'écosystème et sans conséquences négatives sur la socioéconomie.

Essentiellement, le projet a estimé la demande en énergie et a évalué l'utilisation des terres pour développer une stratégie de bioénergie qui améliore la vie des personnes, maintient les écosystèmes et encourage l'échange avec l'UE. Il a évalué le potentiel pour une utilisation durable de la bioénergie et a créé des liens avec des pays en développement importants dans ce domaine, dont le Brésil, la Chine, l'Inde, le Mexique et la Thaïlande. Ceci a contribué à renforcer le transfert des connaissances auprès des pays développés et en développement, ainsi que de promouvoir les projets conjoints impliquant de nouvelles cultures énergétiques et l'agrosylviculture.

Une fois que les évaluations et les liens ont été créés, le projet Compete a développé des outils pour faciliter le financement concernant les projets relatifs à la bioénergie. Il a ensuite œuvré à développer des politiques en faveur de la création de systèmes de bioénergie, en gardant à l'esprit la façon d'aider au mieux les communautés locales et d'employer des femmes autant que des hommes. En utilisant de manière intelligente les larges zones de terres non utilisées, les Africains pourront bénéficier du point de vue économique et répondre à leurs besoins énergétiques de manière plus durable.

Informations connexes