Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Prévenir la transmission de maladies liées à l'immigration

Au cours de l'histoire, les déplacements humains et les vagues de migration ont façonné le mode de transmission des maladies infectieuses. Ces dernières décennies l'immigration vers l'Union européenne s'est modifiée de manière considérable, apportant avec elle de nouvelles menaces de transmission.
Prévenir la transmission de maladies liées à l'immigration
C'est pour cette raison que l'UE a financé le projet Immigr HIV TB MED («Impact of immigration on HIV and tuberculosis epidemiology on the Mediterranean area») afin d'obtenir des solutions de contrôle de différentes pathologies, en portant spécialement l'accent sur la tuberculose (TB) et le VIH. L'objectif principal des partenaires du projet consistait surtout à doter le Maroc et l'Espagne des moyens technologiques leur permettant de prévenir la transmission de ces maladies par le canal migratoire sub-saharien ou autre.

Pour ce faire, ils ont organisé deux ateliers de travail réunissant tous les acteurs concernés comme les délégués d'organisations gouvernementales et non gouvernementales (ONG), les professionnels de santé, des chercheurs ou des représentants de l'ONU. Au cours de ces ateliers, les participants ont obtenu des informations sur le profil démographique et les risques inhérents aux populations migrantes ainsi que sur les méthodes biologiques les plus efficaces de dépistage du VIH et de la tuberculose. Les conclusions tirées de ces travaux insistent sur la non-disponibilité d'informations cruciales concernant le statut sanitaire des nombreux migrants qui entrent dans l'UE.

Le deuxième atelier, qui s'est tenu à Madrid en 2008, a réuni des représentants de tous les pays méditerranéens et donné un aperçu des problèmes éthiques et juridiques liés à la santé des populations migrantes. Il a tenté par ailleurs de déterminer les besoins spécifiques qu'il était nécessaire de prendre en compte pour améliorer la surveillance épidémiologique de la tuberculose et du VIH parmi les populations migrantes. Les questions éthiques et juridiques relatives à la santé des immigrants, la discrimination et l'accès aux soins ont été également discutées afin d'améliorer in fine les protocoles existants.

Les participants ont de même, souligné l'importance du droit à la santé pour chaque individu quel que soit son statut juridique, tout en reconnaissant la nécessité de faire respecter et appliquer les législations en vigueur. Les travaux du projet ont montré que les dispositions prises pour la détection précoce et le traitement de pathologies comme le VIH ou la tuberculose parmi les individus nés à l'étranger et résidant dans le pays hôte semblaient avoir un impact très bénéfique sur la santé publique. Malheureusement, un dépistage systématique obligatoire s'est avéré une solution très coûteuse et les intervenants ont considéré que ces ressources devaient plutôt être dirigées directement vers les services préventifs pour obtenir un système de soins plus performant.

En améliorant la surveillance épidémiologique des pathologies liées au VIH ou la tuberculose parmi les populations immigrantes, l'UE espère pouvoir gérer la transmission de ces pathologies au-delà des frontières et espérons-le, prévenir les épidémies.

Informations connexes