Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

Top Story

Financé au titre de: FP6-SUSTDEV

Les grandes réussites en RDT - La nouvelle philosophie de l'industrie automobile...l'esprit léger!

Les fabricants automobiles souhaitent mettre au point des façons innovantes et rentables de fabriquer des voitures plus légères sans pour autant sacrifier le confort ou la sécurité. Les consommateurs souhaitent acquérir des voitures ayant plus de fonctions et de meilleure qualité sans payer plus cher. Les gouvernements, quant à eux, aspirent à une économie à faible émission de carbone et à des transports écologiques qui répondent aux normes de sécurité et d'émissions. C'est sans doute beaucoup demander, mais les voitures plus légères, qui arriveront bientôt sur le marché grâce à un financement de l'UE, satisferont toutes les parties.
Les grandes réussites en RDT - La nouvelle philosophie de l'industrie automobile...l'esprit léger!
Des chercheurs européens ont développé une nouvelle approche pour la construction de véhicules qui réduisent de 35 à 40% le poids de leur carrosserie. Des voitures plus légères sont synonymes de réduction de la consommation de carburant, et de moins d'émissions de CO2. Ceci est une bonne nouvelle pour l'environnement tout autant que pour les conducteurs, qui paient aujourd'hui le prix fort pour remplir les réservoirs de leurs véhicules.

Le projet SUPER LIGHT CAR (SLC) est parvenu à ce résultat prestigieux en remplaçant les pièces en acier lourd par des matériaux plus légers tels que de l'aluminium et du plastique renforcé par fibres de carbone, et en développant de nouvelles manières d'unir ces matériaux, le plus grand obstacle qu'ont rencontré les ingénieurs à ce jour.

L'équipe financée par l'UE a aussi mis au point des éléments de sauvegarde pour s'assurer que les voitures répondent encore aux critères de rigidité, de performances en cas de collision, de fatigue des matériaux et de résistance à la corrosion. Des simulations montrent que les résultats du projet répondent à tous ces critères.

D'après le Dr Martin Goede de Volkswagen AG, une grande attention a été accordée à la conception innovante de matériaux, la fabrication et les nouvelles méthodes d'assemblage. Les meilleurs matériaux et procédés de fabrication ont été étudiés pour réduire au maximum le poids et le coût. «Outre le développement de métaux et métaux légers, la recherche sur le plastique renforcé par fibres de carbone joue un rôle important», explique-t-il.

Le Dr Goede a coordonné un immense consortium de partenaires européens originaires de République tchèque, d'Espagne, de France, d'Allemagne, d'Italie, du Luxembourg, des Pays-Bas, de Suède, de Suisse et du Royaume-Uni. Parmi les partenaires figuraient VW, Fiat, Opel, Renault, Volvo, Porsche et Daimler, ainsi que des spécialistes et des fournisseurs tels qu'ArcelorMittal et Norsk Hydro.

La recherche à cette échelle est pratiquement impensable pour un fabricant ou un pays agissant seul, explique le coordinateur. Il faut partager le savoir-faire et investir collectivement dans les résultats, et c'est là où le soutien de l'UE à des équipes intégrées de grande ampleur devient essentiel. Plutôt que de mener plusieurs petits projets de recherche peu profitables, les développeurs savent maintenant exactement quel poids de la carrosserie peut être éliminé de manière à toujours se conformer aux normes. C'est une étape importante vers le déploiement commercial.

Voiture «light»

La demande en confort et sécurité dans les voitures modernes, qu'il s'agisse de la climatisation ou des technologies avancées d'aide à la conduite, viennent compenser les gains de la nouvelle technologie de moteur à bon rendement énergétique.

Chaque kilo supplémentaire augmente la consommation de carburant. Par exemple, le poids d'une Classe C (Mercedes Benz) standard a augmenté de 40% par rapport aux années 1970. Une Golf (Volkswagen) pèse aujourd'hui 1 617 kg, soit 970 kg de plus que lorsqu'elle est apparue pour la première fois sur le marché. Parallèlement, les carburants fossiles se font de plus en plus rares, et donc plus coûteux, et le secteur des transports est sous la pression constante de réduire son empreinte carbone et la pollution qu'il génère.

Les transports sont actuellement responsables de près d'un quart des émissions de C02 générées en Europe. Ainsi, consommer moins de carburant et d'énergie aidera l'UE à mettre en œuvre sa stratégie Europe 2020 pour une croissance intelligente, durable et inclusive.

Les premiers signes sont encourageants. Les fabricants de voitures en série de petit volume sont parvenus à réduire le poids de la carrosserie de certaines séries de véhicules, bien que cette approche de la fabrication manuelle se soit révélée trop coûteuse et peu pratique pour les grands acteurs de ce secteur. Ainsi, le projet est allé plus loin en rendant l'approche SLC réalisable pour les productions à grand volume. Et le premier prototype de Classe C pourra être amélioré et commercialisable d'ici quelques années. Les simulations montrent une capacité de fabrication de 1000 véhicules par jour.

Le prototype répond à la demande de chacun et une fois sur le marché, il permettra de réaliser des économies de plusieurs tonnes de carburant et aidera l'UE à réaliser son objectif et à devenir une économie à faible émission de carbone. Grâce à SLC, les fabricants automobiles auront le cœur plus léger.

- Titre complet du projet: SUPER LIGHT CAR
- Acronyme du projet: SLC
– http://www.superlightcar.com / Site web de SLC
- Référence du projet: 516465
- Nom/pays du coordinateur du projet: Volkswagen AG/Allemagne
- Coût total du projet: 19,6 millions d'euros
- Contribution de la CE: 10,4 millions d'euros
- Date de commencement/de fin du projet: de février 2005 à juillet 2009
- Autres pays partenaires: République tchèque, Espagne, France, Allemagne, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Suède, Suisse, Royaume-Uni

Informations connexes