Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

TRYPADVAC2 — Résultat en bref

Project ID: 3716
Financé au titre de: FP6-INCO
Pays: France

Bientôt un vaccin contre la trypanosomiase

La survie des agriculteurs africains est menacée en permanence par une maladie dévastatrice, la trypanosomiase animale africaine (TAA). Un projet européen a fait des progrès considérables quant au développement d'un vaccin efficace et durable.
Bientôt un vaccin contre la trypanosomiase
La trypanosomiase animale africaine, également connue sous le nom de nagana, entraîne des pertes importantes pour les éleveurs en provoquant un amaigrissement, de l'anémie et une atteinte de l'état général du bétail. Cette maladie prédomine essentiellement dans les régions d'Afrique où son vecteur, la mouche tsé-tsé, réside également.

le projet TRYPADVAC2 («Development of an "anti-disease" vaccine and diagnostic tests for African trypanosomosis») financé par l'Union européenne a poursuivi des travaux antérieurs afin de développer un vaccin permettant de prévenir cette maladie. Tout en élaborant des mesures préventives, les membres du projet avaient également pour objectif, le développement de méthodes diagnostic fiables.

les chercheurs ont choisi de suivre l'approche vaccinale en développant une stratégie d'immunisation contre les facteurs pathogènes. L'équipe a approfondi les recherches précédentes sur la congopaïne, une cystéine-protéase immunosuppressive de Trypanasoma congolense. Leurs travaux ont également porté sur le dépistage et la caractérisation de molécules pathogènes, en particulier celles entraînant une anémie et le dérèglement du métabolisme énergétique et des graisses. Pour analyser les voies pathogènes du parasite, les chercheurs ont utilisé les techniques de la protéomique et de la génétique.

des études de cristallisation leur ont permis de déterminer la structure tridimensionnelle de la congopaïne, une information vitale pour le développement d'un nouveau vaccin. Enfin, le potentiel diagnostic et thérapeutique d'autres molécules a également été analysé. Parmi ces candidats, on trouve notamment des gènes codant pour la cathepsine B, une métacaspase que l'on trouve dans les plantes, les champignons et les protozoaires mais pas chez les mammifères, et qui est un inhibiteur naturel des protéases du parasite.

les tests de détection antigéniques effectués sur les molécules identifiées lors des études précédentes et sur celles provenant de quatre espèces de trypanosomes et d'hôtes différents se sont révélés très fructueux. Les chercheurs ont ainsi pu identifier et isoler dix-neuf antigènes recombinants et trois antigènes natifs à partir d'infections expérimentales et naturelles. En terme de diagnostic, un grand nombre d'antigènes ont également été testés par les scientifiques. L'un d'entre eux, la cathepsine B, a donné des résultats prometteurs quant au diagnostic de Trypanosma congolense, le responsible principal de la trypanosomiase chez les animaux de ferme.

le projet TRYPADVAC2 a résulté en près de vingt articles scientifiques et plusieurs sont en cours de préparation. Dans le cadre de ces recherches, les scientifiques du consortium ont réalisé suffisamment de progrès pour envisager à terme le développement d'un vaccin qui permettra de lutter contre cette terrible maladie affectant l'ensemble du secteur agricole africain.

Informations connexes