Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP6

AIDS-COVAC — Résultat en bref

Project ID: 37416
Financé au titre de: FP6-LIFESCIHEALTH
Pays: Suisse

Une nouvelle approche pour le vaccin contre le sida

Un effort de l'UE a conçu un vaccin anti-VIH utilisant des vecteurs de coronavirus pour exprimer des antigènes VIH. Les résultats sont très prometteurs pour la prochaine génération de vaccins suffisamment efficaces pour lutter contre l'épidémie de sida.
Une nouvelle approche pour le vaccin contre le sida
L'infection au VIH pose un sérieux problème de santé dans le monde entier. À l'heure actuelle, le traitement d'antiviraux a augmenté l'espérance et la qualité de vie dans les pays occidentaux. Toutefois, le coût de ces médicaments ne permet pas son utilisation par les individus infectés dans les pays en développement, appelant donc au développement urgent d'un vaccin efficace et peu cher.

Des travaux de recherche intensifs ces dernières années ont contribué à approfondir les connaissances sur les mécanismes immunologiques qui assurent l'induction d'une immunité protective antivirale. Globalement, les données indiquent qu'un vaccin VIH devrait indiquer et activer les cellules dendritiques (CD), les cellules antigéniques professionnelles de l'organisme, et devrait contenir des antigènes qui activent les lymphocytes T cytotoxiques et induire les anticorps neutralisants.

Avec toutes ces considérations en tête, le projet AIDS-COVAC visait à générer un vecteur de vaccin VIH à base de coronavirus ciblant les CD. En tant que vaccin pilote, les partenaires du projet ont développé initialement le système entier dans le modèle simien du sida.

Les chercheurs ont décidé d'utiliser les vecteurs de coronavirus humains en tant que systèmes d'administration du vaccin étant donné qu'ils possèdent des caractéristiques désirables. Ils ciblent les surfaces mucosales dans leurs hôtes naturels et leurs récepteurs de surface sont exprimés dans les CD, facilitant ainsi l'entrée des coronavirus.

Pour une entrée optimale du vecteur dans les CD, les vecteurs de coronavirus ont été recouverts d'une glycoprotéine de surface de virus de stomatite vésiculaire (VSV-G) et l'interaction des cellules dendritiques et du virus ont été analysés au niveau de l'expression génomique et génétique.

Dans un modèle murin, les vecteurs de coronavirus ont fourni avec succès plusieurs antigènes et cytokines immunostimulatrices aux CD. De plus, ils ont provoqué des réactions chez les lymphocytes T avec une protection durable contre le virus. Testé dans le modèle simien, le vaccin au coronavirus a induit des réponses immunes humorales et cellulaires.

Les efforts du projet AIDS-COVAC ont fourni une plateforme innovante pour un vaccin tant attendu contre le VIH. Les données précliniques sont encourageantes pour une exploitation plus approfondie des vecteurs à coronavirus dans la lutte contre le sida.

Informations connexes