Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

La thérapie cellulaire contre les rejets de greffe

Une étude européenne travaille sur un traitement cellulaire suite à une greffe d'organe pour réduire le besoin d'immunosuppression pharmacologique.
La thérapie cellulaire contre les rejets de greffe
Les taux de transplantation d'organe ont amélioré considérablement au fil des ans mais l'utilisation de médicaments immunosuppresseurs est liée à des effets secondaires significatifs. Par exemple, dans le cas de maladie rénale mortelle en phase finale, un traitement à long terme avec des médicaments immunosuppresseurs peut conduire à un échec de greffe rénal chronique, des infections et au cancer.

Le projet THE ONE STUDY (A unified approach to evaluating cellular immunotherapy in solid organ transplantation), financé par l'UE, mènera des effets cliniques pour déchiffrer si l'utilisation des cellules immunes régulatrices chez les patients avec des transplantations d'organes pourrait réduire le besoin de médicaments immunosuppresseurs. Dans ce cadre, les équipes participatives ont travaillé afin d'octroyer des licences pour des produits cellulaires régulateurs dans de bonnes conditions de pratique de fabrication et les testeront dans une étude clinique coordonnée.

Jusqu'à présent, l'essai du groupe de référence a engagé 70 patients porteurs d'une greffe rénale de donneur vivant et les a traités à l'aide d'une méthode immunosuppressive standard. L'essai de thérapie cellulaire est un effort collaboratif en Europe et implique l'administration de cellules T régulatrices, de cellules dendritiques ou de monocytes à des doses progressives chez des patients transplantés. Les activités en cours aborderont également les mécanismes communs et uniques de l'action suppressive des différentes populations de cellules régulatrices.

Pour suivre la voie et la durée des cellules infusées, le consortium a développé une technologie innovante qui se sert de l'ablation au laser couplé de façon inductive à la spectrométrie de masse plasma en association avec le marquage à l'or et au gadolinium. Jusqu'à présent, l'approche a été testée uniquement au niveau préclinique dans des modèles animaux.

Les résultats du projet THE ONE STUDY devraient fournir des produits de thérapie cellulaire qui amélioreront significativement les résultats des receveurs de greffes et réduiront les coûts de soins de santé associés. Les connaissances recueillies par le mécanisme d'action de chaque type de cellule permettront d'adapter le traitement pour maximiser le profit clinique.

Informations connexes

Mots-clés

Thérapie cellulaire, transplantation d'organe, essai clinique, cellules T régulatrices