Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Des normes 3R avancées pour les primates

Les primates non-humains (PNH) sont dotés d'un niveau élevé de capacités sensorielles et cognitives. Par conséquent, il existe un consensus international selon lequel les normes éthiques les plus élevées s'appliquent à la recherche biomédicale, où les expériences sur les primates sont autorisées uniquement lorsqu'il n'existe aucune alternative possible.
Des normes 3R avancées pour les primates
Le réseau EUPRIM-NET II (European primate network: Advancing 3Rs and international standards in biological and biomedical research), financé par l'UE, est un réseau de Centres de primates européens visant à faire progresser les 3R et les normes internationales dans la recherche biologique et biomédicale. Cela a fait progresser les principes 3R d'affinement, de réduction et de remplacement qui s'appliquent à la recherche sur les PNH.

La nouvelle directive européenne sur la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques a servi de cadre pour les activités d'EUPRIM-NET. Par exemple, en vertu de l'article 28, la Directive exige que «le personnel soit correctement instruit, formé et compétent».

Des formations pour tous les niveaux de personnel, des vétérinaires aux soigneurs animaliers, sont organisées sur l'imagerie non invasive, la formation animale, la biologie générale des primates, le comportement, les maladies et les biobanques. Une série de conférences est désormais disponible en sept langues européennes. Le premier cours de science animale en laboratoire spécifique aux PNH a été développé selon les nouvelles directives (2014) de la Fédération européenne pour la science des animaux en laboratoire.

Les outils développés pour la santé des primates comprennent la détection rapide des principaux microbes intestinaux et la détermination des réponses immunitaires. À nouveau, la formation est d'une importance capitale et les conférences standardisées sur le bien-être psychologique des animaux par le biais de la «Gestion du comportement animal» et la «Formation en renforcement positif» sont maintenant proposées dans six langues européennes.

Le contrôle de la santé était un autre point important et la télémétrie, à l'aide d'enregistrements sans fil pour la mesure des données physiologiques, réduit l'incidence de la gestion et de la maîtrise. Combiné avec les systèmes de test comportementaux, cela permet la collecte de données intégrée et automatisée.

Les chercheurs ont également développé des technologies in vitro susceptibles d'être mises en place dans le cadre du précepte de remplacement de la règle des 3R dans les études impliquant des primates. Des méthodes de culture cellulaire dissociées des cellules du système nerveux (telles que la microglie et les astrocytes et de nouveaux protocoles impliquant les cellules souches pour la culture des cellules nerveuses) permettent maintenant d'obtenir un plus grand nombre de cellules pour la recherche. Les chercheurs ont également développé de nouveaux essais pour la recherche sur les maladies à prions comme l'encéphalopathie spongiforme bovine ou le développement de vaccins contre le virus du SIDA.

Les biobanques représentent une autre approche visant à réduire le nombre d'animaux utilisés dans les expériences et EUPRIM-Net BioBank a fourni l'accès aux matériaux sur les primates provenant des différentes espèces de PNH.

Dans l'avenir proche, il est peu réaliste d'envisager une éradication complète des expérimentations sur les primates en recherche biomédicale. Les travaux d'EUPRIM-NET II permettront par contre de s'assurer que les animaux seront exposés au stress le plus faible possible et que l'expérimentation sera menée avec le plus grand soin d'un point de vue éthique.

Informations connexes

Mots-clés

3R, primates, recherche biomédicale, normes éthiques, technologies in vitro