Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Former les biologistes de demain

De nouveaux cas d'infection apparaissent continuellement et les résoudre nécessite une réponse rapide et ciblée. Pour ce faire, il est nécessaire de comprendre les détails mécaniques de l'interaction entre le système immunitaire et les agents pathogènes.
Former les biologistes de demain
L'interaction complexe bidirectionnelle entre les pathogènes et l'hôte implique beaucoup de cellules et de voies moléculaires. Les résultats de cette interaction, à savoir le contrôle immunitaire ou le développement de la maladie, sont influencés par d'autres facteurs tels que la condition de l'hôte.

Le besoin urgent de mesures contre les maladies infectieuses est illustré par le lourd tribut dans les pays en développement, mais aussi par la menace des anciennes maladies qui refont leur apparition dans les pays industrialisés. De nouveaux vaccins ou de nouvelles stratégies pour combattre les infections ne peuvent émerger que du travail collaboratif et une formation de haut niveau de la nouvelle génération de chercheurs.

La portée du projet EIMID ITN (European initiative for basic research in microbiology and infectious diseases), financé par l'UE, était de former dix chercheurs débutants pour rejoindre la nouvelle génération d'experts mondiaux dans la biologie des maladies infectieuses. Dix chercheurs ont été formés dans des projets interdépendants qui ont étudié les mécanismes de l'interaction hôte-pathogène. L'accent était mis sur les infections bactériennes invasives comme les maladies à méningocoques, les maladies diarrhéiques bactériennes et la réplication du VIH.

Au cours du programme de formation de trois ans, les scientifiques débutants ont étudié comment plusieurs antigènes métaboliques exprimés par l'haemophilus influenzae non typable pourrait être utilisés pour le développement de vaccins. Ils ont étudié le rôle des protéines de surface dans la pathogenèse du staphylococcus aureus, la réplication des pyogènes streptococcus et la virulence du pathogène bactérien monocytogène Listeria.

D'autres projets portaient sur l'étude du rôle des cellules immunitaires dans des maladies telles que les infections à pneumocoques et la Neisseria meningitidis. Une analyse plus approfondie des fonctions des cellules hôtes dans les maladies virales et bactériennes a dévoilé des déterminants essentiels de la réplication virale ainsi que des facteurs antibactériens produits par l'épithélium du tube digestif.

Ces projets scientifiques de haut niveau ont été accompagnés de mesures de formation complémentaires comme la participation au cours, des séminaires scientifiques, des réunions et des congrès. Collectivement, ces activités ont façonné les scientifiques de demain avec des connaissances précieuses et la capacité à lutter contre les maladies infectieuses à l'avenir.

Informations connexes

Mots-clés

Formation, maladie infectieuse, système immunitaire, pathogène, hôte, vaccin