Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

MOLPARK — Résultat en bref

Project ID: 223489
Financé au titre de: FP7-HEALTH

Restauration des neurones perdus dans la maladie de Parkinson

Des chercheurs européens ont fait des progrès considérables pour dénouer les mécanismes biochimiques derrière la génération et la survie des cellules souches neurales (CSN) afin de pouvoir reconstituer des neurones chez les patients atteints de la maladie de Parkinson (MP).
Restauration des neurones perdus dans la maladie de Parkinson
La MP est l'une des maladies neurodégénératives les plus fréquentes avec une prévalence d'environ 1% de la population âgée de plus de 65 ans. La perte de neurones dopaminergiques dans la zone de substance noire du cerveau est l'une des principales caractéristiques pathologiques de la maladie.

Malgré un grand potentiel d'auto-renouvellement, les CSN subissent une division cellulaire limitée in vivo. On ne sait pas comment la taille du groupe des cellules souches et la production cellulaire dans le cerveau adulte sont réglementées. La recherche sur les cellules souches pourrait avoir un impact significatif sur le développement des traitements modificateurs de la maladie de Parkinson.

Les chercheurs du projet MOLPARK détermineront les conditions requises pour établir et maintenir les connexions des neurones dopaminergiques nigrostriataux en tant que nouvelle thérapie pour la PD.

Les scientifiques de MOLPARK ont découvert que le nombre de cellules souches dans le cerveau adulte peut être manipulé par la voie réglementaire histone H2AX et la la voie de signalisation de kinase liée à la kinase PI3 (PIKK).

Les scientifiques ont développé une nouvelle technique pour identifier des complexes de protéines recrutés par des cellules souches pour la réplication avec la chromatine nouvellement formée. Ces protéines contribuent à préserver l'intégrité du génome essentiel pour que les neurones puissent conserver leur identité souche.

Il a été démontré que la protéine BEX1, influence également les CNS. L'équipe de MOLPARK a développé des réactifs BEX1 réactifs et a étudié les conditions nécessaires pour favoriser la prolifération des cellules souches.

Le facteur neurotrophique de la dopamine conservé (CDNF) a empêché la dégénérescence des neurones dopaminergiques dans des modèles de rongeurs. Un autre fait important est qu'aucun signe de toxicité n'a été détecté et peu d'effets secondaires ont interféré pendant le traitement. L'équipe prévoit des essais cliniques pour évaluer l'efficacité du CDNF sur la maladie de Parkinson.

Un total de 36 publications a été diffusé dans des revues à comité de lecture, dont PLOS and Cell, ce qui reflète la réussite de MOLPARK. La recherche du projet a permis des avancées importantes dans le traitement de cellules souches pour la PD et profitera à l'industrie pharmaceutique européenne et aux patients parkinsoniens.

Informations connexes