Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

La diversité et le flux génétique contribuent au développement du chêne

Le projet RELICTOAK visait à mieux comprendre la façon dont les populations d'une espèce qui était autrefois abondante sur une région étendue pendant la période glaciaire, mais qui n'est désormais plus présente que dans quelques petites zones, peut persister dans des conditions défavorables. Ces travaux revêtent une importance majeure car à long terme, les populations agissent comme des entrepôts de la diversité génétique d'une espèce et de l'histoire de l'évolution.
La diversité et le flux génétique contribuent au développement du chêne
Le projet RELICTOAK, financé par l'UE, a étudié une série de 23 populations marginales de basse latitude de Quercus robur (Q. robur) dans le centre de l'Espagne. Il s'agit d'une essence forestière très répandue en Europe, connue sous le nom de chêne pédonculé. Les scientifiques ont étudié comment la diversité génétique a été répartie et transmise à travers ces populations afin de découvrir comment ils ont conservé leur diversité génétique et leur viabilité au cours de plusieurs périodes glaciaires.

Comme la dispersion des gènes était un élément clé de ce processus, les chercheurs ont étudié le flux de gènes historique et contemporain à trois niveaux. C'est-à-dire: au sein des populations, entre les populations et entre les essences pour lesquelles l'hybridation avec le Quercus pyrenaica (chêne tauzin) le plus répandu a été étudiée.

Une comparaison des génotypes de Q. robur avec ceux de Q. pyrenaica a révélé que l'hybridation entre les deux espèces n'est pas rare. Cela pourrait permettre d'expliquer la grande diversité et la faible structure géographique des populations robur Q. qui ont été observées.

Les chercheurs ont constaté que le flux génétique à longue distance par l'intermédiaire de la dispersion de pollen était étendu dans les populations de robur Q. Par conséquent, même le bosquet d'arbres le plus petit produit d'abondantes récoltes en quelques années et se régénère de manière continue. Une autre étude portant sur le lien entre les populations et les modèles de paysages des flux des flux génétiques par le pollen a révélé que la taille des glands, un paramètre qui influe sur la dispersion, la germination et la croissance des graines, est déterminée par l'arbre-mère plutôt que par la population d'origine.

Les membres de l'équipe du projet ont démontré que l'échange efficace de pollen entre les petites populations de robur Q. isolées, aidé par l'hybridation avec le Q. Pyrenaica beaucoup plus abondant, a permis aux populations de chênes étudiées de bénéficier d'une diversité génétique et d'un potentiel de reproduction importants. La diversité et la viabilité des populations de robur Q. à la limite de leur aire de répartition, ainsi que leur capacité à acquérir des gènes du chêne tauzin qui résiste mieux à la sécheresse, peuvent constituer un mécanisme puissant pour s'adapter à l'avenir à un climat plus chaud et plus sec.

Les travaux menés dans le cadre du projet RELICTOAK fourniront des données précieuses pour élaborer des stratégies écologiques appropriées pour conserver et gérer les populations relictuelles dans le contexte d'un changement climatique et d'une augmentation de la sécheresse.

Informations connexes