Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

INCREASELUNGGROWTH08 — Résultat en bref

Project ID: 239276
Financé au titre de: FP7-PEOPLE
Pays: Autriche

Des facteurs de croissance pour restaurer la croissance des poumons chez le fœtus

Environ 15% des décès périnataux résultent d'un développement insuffisant des poumons, nommé hypoplasie pulmonaire. Des chercheurs européens ont testé l'effet de divers facteurs de croissance pendant la période périnatale, afin de développer les poumons et d'améliorer la survie des fœtus.
Des facteurs de croissance pour restaurer la croissance des poumons chez le fœtus
L'hypoplasie résulte de plusieurs déficits du développement, qui entraînent une déficience respiratoire et une hypertension pulmonaire durant la période néonatale. Plusieurs interventions prénatales ont été proposées pour favoriser la croissance des poumons fœtaux, comme l'occlusion endoscopique pour fermer la trachée ouverte. Cette méthode est cependant invasive et peut entraîner une rupture prématurée des membranes respiratoires.

D'autres travaux se sont intéressés à des agents pharmacologiques, mais surtout au niveau expérimental. Dans ce contexte, le projet INCREASELUNGGROWTH08 («Impact of surgical and pharmacological interventions on fetal lung growth in pulmonary hypoplasia»), financé par l'UE, visait à étudier des traitements non chirurgicaux, principalement des facteurs de croissance, pour accélérer le développement et la prolifération des poumons chez le fœtus.

Les chercheurs ont ainsi injecté le facteur de croissance insulinique 1 (IGF-1) dans le sac amniotique de rates gestantes. Le facteur IGF-1 a semblé améliorer la maturation et la vasculogenèse des poumons, mais l'effet était limité aux fœtus mâles.

Les scientifiques ont également étudié un traitement par l'IGF-2 sur le même modèle préclinique, et constaté son effet proliférant et angiogène sur les tissus pulmonaires, ainsi que la promotion de la ramification des voies respiratoires. Ces approches thérapeutiques sont prometteuses pour améliorer la survie postnatale et la fonction pulmonaire, mais il faut conduire d'autres études afin de tester les éventuels effets négatifs.

En outre, aucune étude sur l'animal ne peut être transférée directement en application clinique chez l'homme. C'est pourquoi le projet INCREASELUNGGROWTH08 comprenait une part clinique consistant à évaluer les organes fœtaux par scanner à ultrasons en 2 et 3 dimensions ainsi que le fœtus par résonance magnétique nucléaire.

La répartition des bébés affectés dans des groupes de pronostic permettrait de proposer les thérapies appropriées en fonction de la gravité de chaque cas. L'association de cette stratification avec un traitement non invasif par facteurs de croissance pourrait améliorer la survie des nouveau-nés.

Informations connexes