Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

IMAGINT — Résultat en bref

Project ID: 259881
Financé au titre de: FP7-HEALTH
Pays: Royaume-Uni

De nouveaux appareils pour améliorer le diagnostic du cancer du sein

Des chercheurs européens ont développé une série d'outils innovants imitant les anticorps afin d'étudier le cancer de sein et d'identifier de nouveaux biomarqueurs.
De nouveaux appareils pour améliorer le diagnostic du cancer du sein
On estime à 430 000 le nombre de cancers du sein diagnostiqués chaque année en Europe. Les tumeurs présentant des niveaux élevés de protéine HER-2 (récepteur du facteur de croissance épidermique 2) sont agressives et entraînent un fort taux de mortalité. La puissante oncoprotéine HER2 est aujourd'hui une cible reconnue du traitement adjuvant du cancer du sein.

Malgré l'efficacité des anticorps monoclonaux anti-HER2, les tumeurs continuent de progresser en raison d'une résistance innée ou acquise au traitement. Il est urgent de développer de nouveaux agents ciblés innovants pour traiter les cas testés positifs à la protéine HER2 et d'identifier les biomarqueurs de cette protéine pour prévoir, diagnostiquer et surveiller la maladie.

Pour y parvenir, le projet IMAGINT (HER Imaging and molecular interaction mapping in breast cancer), financé par l'UE a réuni une équipe interdisciplinaire de chercheurs européens. Le projet scientifique avait pour vocation d'examiner le potentiel thérapeutique des DARPins (Designed ankyrin repeat proteins), des protéines de type anticorps. Ces petites molécules sont basées sur des échafaudages protéiques humains capables de se lier aux cibles avec une affinité élevée.

IMAGINT a mis au point une série d'outils pour synthétiser et manipuler les DARPin afin d'effectuer des modifications chimiques spécifiques et a généré des DARPin contre différents récepteurs HER. Les chercheurs ont ensuite étudié la répartition intracellulaire de la protéine HER2 et proposé cette nouvelle méthode pour analyser les tissus des patientes.

Les chercheurs ont découvert des différences entre le cancer du sein et le tissu sain correspondant à l'aide de la microscopie à imagerie cycleur. Ils ont en outre détecté des altérations au niveau des associations ARNmi/protéines en réponse à la thérapie anti-HER2. L'analyse bioinformatique de l'expression des gènes a conduit à l'identification de plusieurs biomarqueurs de pronostic du cancer du sein.

Un des essais d'imagerie IMAGINT pour l'identification des hétérodimères HER a démontré l'applicabilité clinique et la valeur du pronostic. Grâce à ce test, les scientifiques ont validé un nouveau mécanisme de résistance à la thérapie anti-EGFR (anti récepteur du facteur de croissance épidermique) des patientes atteintes d'un cancer du sein triple négatif. Parallèlement, ils ont développé un nouvel agent permettant de réaliser de manière non invasive des images de tumeurs HER2+ sur le corps entier et d'obtenir ainsi des informations sur la propagation et les stades de la maladie.

Les biomarqueurs identifiés devraient aider à mettre en place des traitements personnalisés et à développer de nouveaux médicaments. À titre d'exemple, l'identification précoce des patientes à haut risque de récidive métastatique peut aider les cliniciens à changer de stratégie de traitement. Dans l'ensemble, on espère que les produits livrables de l'étude IMAGINT permettent la stratification et la surveillance du cancer du sein pour de meilleurs résultats des patients.

Informations connexes

Mots-clés

Cancer du sein, diagnostic, biomarqueurs, HER2, DARPins, microscopie à imagerie cycleur