Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Maîtriser le virus du Nil occidental

Les chercheurs ont fait la lumière sur l'écologie, la diversité génomique, la pathogénicité, le diagnostic et la modélisation du virus du Nil occidental (VNO), un pathogène qui infecte les humains et les animaux domestiques.
Maîtriser le virus du Nil occidental
Les nombreux aspects du cycle de transmission du VNO, depuis son introduction dans de nouveaux domaines aux évènements en chaîne, restent encore incompris. Ce virus à ARN possède un génome variable (au moins cinq lignées de VNO ont été identifiées en Europe), ce qui en fait un pathogène généraliste capable de s'adapter à de nouveaux vecteurs et espèces hôtes pouvant varier entre les zones géographiques et, par conséquent, difficile à contrôler. La co-circulation de différentes lignées à pathogénicité variable représente un défi pour la santé publique également associé au besoin de garantir la sécurité des transfusions sanguines et de la transplantation des organes.

Le projet à financement européen EUROWESTNILE («European West Nile collaborative research project») a étudié les variantes du VNO en Europe afin d'aborder les lacunes dans les connaissances en termes d'écologie, de pathogénicité, de diagnostic et de modélisation. Les membres du projet étaient en étroite collaboration avec le projet financé par l'UE intitulé EDENext, ainsi que d'autres projets pour l'intégration de la recherche européenne sur le VNO.

La collecte et la caractérisation des souches majeures du VNO circulant en Europe et dans les pays voisins ont permis la mise en place réussie d'une base de données et de biobanques sur le VNO. Un virus vivant atténué recombinant pouvant servir dans de futurs efforts dans le domaine des vaccins a également été produit. De nouveaux modèles animaux pour le VNO ont été normalisés afin d'évaluer la pathogénicité des variantes du VNO. Des moustiques d'Autriche, d'Espagne, d'Italie, d'Israël, de Russie et du Sénégal ont été capturés pour identifier les espèces impliquées dans la transmission du VNO et pour collecter des femelles gorgées qui ont permis d'identifier les espèces hôtes préférées par des moustiques pour leur repas sanguin. Par ailleurs, des colonies de Culex pipiens ont été établies à l'institut national italien de la santé pour évaluer la compétence des vecteurs pour diverses lignées.

Des chercheurs d'EUROWESTNILE ont caractérisé le virome (répertoire des virus) des moustiques et analysé les interactions virales entre le VNO et d'autres virus ainsi que ses vecteurs couramment détectés. Des kits prototypes innovants pour le diagnostic et la surveillance du VNO, capables de distinguer diverses lignées du VNO, ont également été mis au point.

Des cartes sur le changement climatique et l'affectation des sols ont été produites pour les sites d'étude, et des modèles prédictifs ont été développés pour prédire l'abondance de moustiques en rapport au changement climatique.

Le projet EUROWESTNILE mettra en lumière la virulence et l'émergence du VNO dans de nouveaux territoires en tenant compte des facteurs décisifs les plus probables. Comprendre les mécanismes de réplication et de transmission virale permettra aux chercheurs de développer des solutions de traitement innovantes pour prévenir ou traiter les infections du VNO.

Informations connexes

Mots-clés

Virus du Nil occidental, génétique, écologie, épidémiologie, pathogène, moustiques, modélisation mathématique