Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Le rôle de la surface des océans dans le changement climatique

L'échange entre l'atmosphère et l'océan a son importance sur le cycle des gaz à effet de serre (GES). Comprendre ce processus est essentiel face à l'augmentation des taux croissants d'émissions de GES. Une initiative financée par l'UE a été établie pour étudier conjointement un nombre de processus influençant les flux air-mer des GES.
Le rôle de la surface des océans dans le changement climatique
Le projet AIRSEA («Air-sea fluxes of climatically relevant gases in the marine atmospheric boundary layer») a étudié l'atmosphère et l'océan en tant que système couplé. L'objectif était de déterminer les processus qui contrôlent les flux air-mer des GES, plus particulièrement du dioxyde de carbone (CO2).

Les membres d'AIRSEA ont pris des mesures de la turbulence océanique en dessous de l'interface air-mer et ont mesuré les flux de CO2 supérieurs. Une technologie récente d'analyseur de gaz très dilué (TGA, pour trace gas analyser) a été utilisée pour comparer l'ampleur des flux des régions côtières avec les données prélevées en haute mer.

La vitesse du vent seule ne peut décrire les échanges entre l'atmosphère et la mer. Ainsi, le consortium a utilisé un dispositif à ultrasons à bord des navires de recherche pour procéder à des mesures dans l'Atlantique Nord pour la mesure des covariances de turbulences dues aux transferts de chaleur et de gaz.

Un outil de profilage d'interaction air-mer a été équipé de capteurs à haute résolution pour mesurer la température, la salinité, l'intensité lumineuse, le taux d'oxygène et les turbulences, et pour étudier la microstructure supérieure océanique. Les mesures portaient sur les effets atmosphériques comme les transferts de gaz et de vent, eux-mêmes étant associés aux aspects physiques de la couche supérieure de l'océan. Un altimètre ultrasonique fixé à la proue du navire et une centrale inertielle ont été utilisés pour mesurer les vagues de surface.

Les résultats de l'étude AIRSEA sur les processus gouvernant les échanges air-mer ont montré que les turbulences à la surface océanique peuvent être modélisées. Les résultats de l'étude optimiseront le développement des modèles informatiques et renforceront nos connaissances sur le rôle des océans dans l'absorption des GES.

Informations connexes