Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Les émissions de gaz à effet de serre des vaches laitières

Pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de l'industrie laitière et améliorer sa productivité, des chercheurs de l'UE ont étudié les organismes qui vivent dans les intestins des vaches. Leurs résultats mettent en lumière les facteurs interconnectés qui affectent les émissions et l'efficacité.
Les émissions de gaz à effet de serre des vaches laitières
Les vaches sont la source d'origine anthropique la plus importante en termes d'émissions de méthane, un gaz qui contribue considérablement au réchauffement climatique. Des technologies sont désormais disponibles pour étudier les causes et les moteurs microbiologiques et génétiques de la production élevée de méthane chez les vaches.

L'initiative RUMINOMICS (Connecting the animal genome, gastrointestinal microbiomes and nutrition to improve digestion efficiency and the environmental impacts of ruminant livestock production), financée par l'UE, a utilisé ces nouvelles technologies pour étudier l'efficacité et identifier des moyens pour diminuer l'impact environnemental de l'élevage de ruminants, notamment l'élevage de vaches. Pour ce faire, les chercheurs ont compilé et examiné les données sur 1 000 vaches dans des fermes en Europe.

Le projet RUMINOMICS a utilisé ces données pour identifier les causes génétiques de la production élevée de méthane, à la fois par les ruminants et les micro-organismes qui se trouvent dans leurs intestins. L'étude a également porté sur les variations dans le microbiote intestinal, les traits recherchés par les éleveurs et les effets de l'alimentation sur la production de méthane.

Un résultat surprenant est que la sélection génétique des vaches laitières qui émettent moins de méthane entraîne également la sélection d'animaux qui produisent moins de lait. Ainsi, ces vaches qui émettent moins de gaz produisent plus de méthane par unité de lait.

Les vaches plus productives génèrent davantage de méthane, mais comme elles produisent plus de lait, la quantité de méthane produite par unité de lait est inférieure. Par conséquent, les éleveurs devraient choisir les ruminants hautement productifs, plutôt que ceux qui produisent moins de méthane.

L'alimentation, plutôt que les micro-organismes, est la principale responsable des émissions. Quoi qu'il en soit, les chercheurs ont observé que certains micro-organismes de l'intestin étaient associés à de faibles émissions de méthane.

Les résultats produits par le projet RUMINOMICS fournissent une quantité de données sur la génétique sous-jacente aux émissions de gaz à effet de serre de l'industrie laitière. Ces résultats ont le potentiel d'améliorer l'efficacité de la production laitière, tout en réduisant les émissions.

Informations connexes

Thèmes

Life Sciences

Mots-clés

Émissions de gaz à effet de serre, vaches, industrie laitière, méthane, RUMINOMICS