Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

L'exposition électromagnétique et la leucémie infantile

Un projet financé par l'UE a évalué les risques de la leucémie infantile en association à l'exposition à des champs magnétiques à fréquence extrêmement basse (ELF-MF).
L'exposition électromagnétique et la leucémie infantile
Ces derniers, liés à l'utilisation et la transmission du courant électrique, ont été classés comme potentiellement cancérigènes pour l'homme. Les données épidémiologiques actuelles supportent l'hypothèse d'une association entre l'exposition aux ELF-MF en milieu résidentiel et l'apparition d'une leucémie pédiatrique.

Jusqu'à présent, les études portant sur des modèles animaux et cellulaires n'ont pas confirmé de lien direct entre ELF–MF et le cancer. Dans le cadre du projet financé par l'UE ARIMMORA (Advanced research on interaction mechanisms of electromagnetic exposures with organisms for risk assessment), les mécanismes biophysiques sous-jacents ont été étudiés pour vérifier une relation causale entre l'exposition aux ELF-MF et le cancer.

Le projet ARIMMORA comprenait une équipe pluridisciplinaire de 10 experts renommés actifs dans différents secteurs, dont l'épigénétique, les cascades de signalisation ERK, la leucémie dans les modèles in vivo, la toxicologie in vivo et les modèles d'animaux sensibles aux EMF, ainsi que l'évaluation des expositions, la modélisation biophysique et l'évaluation de risques.

La recherche a été réalisée avec différents modèles d'exposition, y compris des études génétiques, in vitro, in silico, et sur des animaux. L'exposition du fœtus à des champs magnétiques uniformes de 50 Hz a été utilisée in silico avec des modèles enceintes à trois périodes de gestion différentes et selon différentes postures fœtales. Un modèle murin transgénique innovant porteur du gène humain associé à la leucémie pédiatrique la plus fréquente (leucémie aiguë lymphoblastique à cellules B, LAL-B) a été développé. Plusieurs sources d'ELF-MF, y compris les lignes électriques souterraines ou les postes de transformation ont été évaluées par dosimétrie numérique. Un nouvel instrument a été développé afin de déterminer simultanément la portée et le gradient spatial des incidents de champs magnétiques.

Les études d'exposition en Italie et en Suisse ont montré que l'exposition moyenne pour les enfants est inférieure à 0,1 microtesla (μT) mais une petite proportion, à savoir jusqu'à 4 % des enfants, ont été exposés à plus de 0,3 μT. Une souris sur les trente exposées aux ELF-MF a développé la LAL-B par rapport à aucune des 65 animaux de contrôle.

Des réductions de lymphocytes T cytotoxiques associées à l'exposition aux ELF-MF ont été détectées. De petites différences au niveau des modifications épigénétiques ont été observées dans les cellules souches hématopoïétiques humaines exposées aux ELF-MF. Le mécanisme de paires radical est le candidat le plus probable pour les effets des ELF-MF observés sur les voies de signalisation.

Les résultats d'ARIMMORA ont été compilés avec d'autres constations récentes externes au projet dans le cadre d'une évaluation de risques similaire à celle du Centre international de Recherche sur le Cancer (IARC). Les résultats étaient cohérents avec la classification du groupe 2B (par exemple, que l'exposition aux ELF-MF est carcinogène pour l'homme). Néanmoins, les renseignements sur les mécanismes impliqués générés par ce projet pourraient ouvrir de nouvelles voies de recherche pour de prochaines analyses.

Informations connexes

Mots-clés

Exposition électromagnétique, leucémie pédiatrique, carcinogène, centre international de recherche sur le cancer